L’Aéroport de Marseille teste une « garderie » pour les objets interdits à bord des avions

Fini le Laguiole ou le parfum achetés cet été qui, oublié dans un sac, finira dans une urne au passage de sécurité d’un aéroport. A Marseille, pour plaire aux voyageurs, on teste un service de garderie qui permettra de retrouver l’objet saisi à son retour de déplacements.

C’est Le Groupe La Poste et l’Aéroport Marseille Provence qui proposent Tripperty, le nom donné à ces boites installées avant le passage de la sûreté. Le service se veut une réponse concrète aux parfums et autres objets que l’on doit abandonner avant de prendre l’avion.

Le passager qui souhaite récupérer ultérieurement un objet interdit en cabine le remet à l’agent de sûreté qui le place dans un emballage numéroté avant de le déposer dans la boîte prévue à cet effet. Les objets sont enregistrés et stockés dans une zone sécurisée. Le voyageur se connecte ensuite sur le site dédié et saisit son numéro d’objet (référence figurant sur l’étiquette Tripperty). A son retour, le voyageur peut ainsi choisir la récupération de son objet au Hall 4 niveau Arrivées (sous 15 jours) ou l’expédition à l’adresse de son choix, selon les consignes de sécurité en vigueur.

Le service à un prix : 10 € pour une récupération à l’aéroport et de 15 à 30 € pour le recevoir à domicile. Il est également possible de le céder gratuitement.