L’écart se creuse-t-il entre les politiques voyages et les besoins des voyageurs d’affaires ?

Global Business Travel Association (GBTA) s'associe avec RoomIT (CWT) dans une étude qui met en évidence les priorités des acheteurs et les attentes des voyageurs lors de leurs déplacements.

A 70%, les acheteurs s'accordent à dire que le respect des politiques voyages est l'un des aspects les plus compliqué de leur mission. Si les collaborateurs ont la possibilité de réserver en dehors des normes établies par leur employeur, une majorité ne connaît pas, ou peu, la politique voyage de leur propre entreprise. Jessica Collison, directrice de la recherche chez GBTA met en garde : "Aujourd'hui, les objectifs d'un programme peuvent être difficiles à atteindre si les acheteurs et les collaborateurs ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Il est nécessaire que les travel buyers se concentrent sur des domaines précis où ils peuvent réaliser des économies sans compromettre la satisfaction du voyageur".
En parallèle, Jessica Collison préconise de mettre en place une stratégie de communication continue pour tenir informer les collaborateurs de la politique de leur société.

Réduire les coûts en priorité

En 2019, les objectifs des acheteurs sont : 1- La réduction des coûts ; 2- Améliorer la conformité à la politique voyage de l'entreprise ; 3- La satisfaction des collaborateurs. De leur côté, si 78% des voyageurs d'affaires se disent satisfaits de l'allocation tarifaire qui leur est réservée pour leurs déplacements, 66% d'entre eux souhaitent qu'elle augmente pour avoir accès à des hôtels qui répondent encore plus à leurs besoins (accès au wifi, blanchisserie, livraison de nourriture...).

Les programmes fidélité sont également des éléments importants dans la satisfaction du voyageur. Aux Etats-Unis notamment, 25% des collaborateurs affirment que la possibilité de gagner des points de fidélité est un facteur déterminant dans leur choix de réservation. 52% d'entre eux n'envisagent pas de choisir un établissement où gagner des points est impossible, contre 37% en France et 31% au Royaume-Uni.
L'étude complète est disponible via ce lien.