L’hôtellerie a réalisé un bon mois de février

Selon le baromètre mensuel In Extenso Deloitte, le secteur hôtelier poursuit sur la bonne lancée de janvier. Les indicateurs de toutes les catégories sont tous restés au vert en février, à l'exception de l’hôtellerie de Luxe et de la gamme super-économique qui enregistrent l'une et l'autre une baisse d’occupation d’environ 1%.

Les hôtels de la capitale se portent bien. Leurs taux d’occupation et prix moyen par chambre louée sont en progression dans l’hôtellerie. Les chiffres d’affaires hébergement (RevPAR) ont augmenté de 9% pour l’hôtellerie Milieu de gamme à 19% pour l’économique.

Même tendance pour les établissements franciliens. Les RevPAR sont en croissance en Île-de-France (hors Paris) de l’ordre de 7% sur l’hôtellerie Milieu de gamme et Super-économique, et de 11% sur l’Économique. A fin février 2018, les chiffres d’affaires hébergement augmentent sur toutes les catégories. En revanche, le marché Haut de gamme parisien enregistre un repli d’occupation (notamment les boutiques hôtels, inscrivant un repli de 2% de taux d’occupation).

Sur les deux premiers mois de l’année, tous les indicateurs sont dans le vert en Île-de-France. Les chiffres d’affaires hébergement progressent de l’ordre de 7% à 9% en Île-de-France (hors Paris) selon les catégories. Sur la capitale les RevPAR progressent de 3% sur le Haut de gamme à environ 11% et 12% sur les autres segments.

La province est en forme
Les chiffres d’affaires hébergement en régions sont en hausse sur toutes les catégories, allant de 1% sur l’hôtellerie Haut de gamme à 6% sur l’économique. Les établissements de Luxe enregistrent une très légère baisse de 1% de taux d’occupation au mois de février 2018 et le segment Haut de gamme, un retrait d’environ 1% de prix moyen par chambre louée. Quant à l’hôtellerie Super-économique, le taux d’occupation est en retrait de presque 2% en févrieri.

En ce début d’année et en données cumulées, les chiffres d’affaires hébergement sont en croissance sur tous les segments, excepté l’hôtellerie Haut de gamme qui affiche une baisse de 2% de RevPAR. Les hôtels Haut de gamme en Régions inscrivent un retrait de taux d’occupation et de prix moyen à fin février 2018 en comparaison avec 2017. Certaines grandes métropoles française telles que Strasbourg, Nantes, Montpellier etc. démarrent bien l’année en affichant de fortes croissances.

Côte d'Azur : le luxe à la peine
Sur la Côte d’Azur, on observe une forte baisse des chiffres d’affaires hébergement sur l’hôtellerie de Luxe (-17%) et un RevPAR qui se stabilise sur la catégorie Super-économique, contre une progression sur les autres segments au mois de février. Les indicateurs sont globalement en retrait sur le marché cannois et en hausse sur l’hôtellerie niçoise. A fin février 2018, les RevPAR sont en croissance sur l’ensemble des catégories.