L’intersyndicale des PNC s’oppose au projet Boost d’Air France

Dans un tract agacé, l'intersyndicale SNPNC-UNSA-PNC s'oppose au projet Boost, "projet destructeur à terme de nos emplois" et appelle la direction à changer de stratégie "si elle veut épargner à ses clients un nouveau conflit".

Alors que les discussions autour du projet "Trust Together" semblaient se faire jusqu'ici dans le calme, le ton est monté d'un cran depuis ce week-end. Les pilotes appellent à un référendum via une question sur le projet de compagnie aérienne long courrier qui ne peut qu'inciter à rejeter le projet. L'intersyndicale SNPNC-UNSA-PNC annonce qu'elle n'a pas besoin d'attendre les résultats d'une consultation pour "s'opposer au projet qui menace l'avenir de leurs emplois". Selon le tract de l'intersyndicale, à lire ci dessous, la direction ne négocie pas et a pour seule intention "la sous-traitance du personnel de cabine", avec "un démantèlement programmé de notre compagnie nationale historique".

Selon les syndicats des hôtesses et stewards, "Les besoins importants de PNC, environ 1600 pour les années à venir, permettront largement de rééquilibrer les coûts à l’heure de vol tels que présentés par la direction puisque les jeunes embauchés ont un salaire d'entrée de 1796 euros brut, 45% inférieurs à celui des plus anciens".