La Chine et la Russie veulent concurrencer Boeing et Airbus

Certains diront qu’il s’agit du mariage de la carpe et du lapin même si, dans l’aéronautique, tout est possible. La Chine et la Russie viennent d’annoncer leur intention de proposer d’ici 2024 un avion long-courrier directement concurrent de ceux produits par les avionneurs américains et européens.

Sur le papier, le projet est ambitieux : 280 passagers, un rayon d'action de 12.000 kilomètres, un niveau sonore très faible et un aménagement qui, selon la presse chinoise, "sera de très haut niveau pour les classes avant".

Quelques semaines après le premier vol du C919 de la Comac, l’avionneur chinois, ce nouveau projet relance la course mondiale entre les constructeurs. Mais ce 929, c’est son nom, qui se place au même niveau que l’A350 ou le Dreamliner, risque bien d’arriver après les nouvelles générations d’avion que viennent d’annoncer les deux géants du domaine. La faiblesse du projet russo-chinois reste le moteur même si 20 milliards de dollars seront investis par les deux partenaires.

Selon la presse chinoise, la société publique russe United Aircraft Corporation (UAC) entend proposer l’appareil à une dizaine de compagnies dans le monde. Son dirigeant, Iouri Sliousar, se dit très optimiste sur la capacité des deux pays à proposer "mieux que ce qui se fait aujourd’hui dans le monde".