La fatigue, première cause de mortalité sur les autoroutes françaises

L'ASFA, l'association des sociétés françaises d'autoroutes, vient de livrer son bilan de sécurité pour l'année 2017. Si les chiffres de la mortalité ont baissé de moitié depuis les années 2000, l'an dernier 166 personnes ont perdu la vie dans des accidents sur le réseau autoroutier. Les voyageurs d'affaires exposés aux longs trajets automobiles sont directement concernés.

En 2017, la somnolence et la fatigue ont causé un accident mortel sur quatre. C'est la première cause de mortalité sur ce réseau qui reste cependant 5 fois plus sûr que les routes secondaires selon l'association.

Quant à la vitesse souvent désignée comme facteur accidentogène majeur, elle n'est impliquée que dans 13% des accidents mortels contre 25% pour la somnolence. La principale mauvaise nouvelle vient de la hausse importante des accidents liés à la consommation d'alcool, de drogues ou de médicaments. 15% des accidents étaient concernés en 2016, ils sont désormais 25%.

Les jeunes conducteurs sont,eux, plus sujets aux défauts de concentration. Entre les smartphone, les systèmes de navigation et autres écrans embarqués, les 18-34 ans représentent 42% des accidents dus à un manque d'attention.

En cette période de départ en vacances où les autoroutes s'attendent à recevoir un trafic record, il n'est pas inutile de rappeler qu'en cas de long trajet, toutes les deux heures, une pause s'impose.