La fragilité des fils d’information transports à Paris

La difficulté de se déplacer en région parisienne ce mercredi a été renforcée par la difficulté d'avoir une information fiable et mise à jour en temps réel. Les voyageurs d'affaires se sont souvent arraché les cheveux. Le ministère des transports va de nouveau avoir du grain à moudre...

En procédant à la synthèse des informations pour essayer d'informer au maximum ses lecteurs, DeplacementsPros a été comme tous les médias soumis à la fragilité de la source, celle des opérateurs ! La SNCF , plusieurs fois mise en cause ces derniers mois, a eu à cœur de communiquer au plus près du temps réel. Mais si l'info TGV était à peu près fiable, il y avait fréquemment un vrai gap entre la circulation annoncée au départ et la réalité en région parisienne. Idem à la RATP. Car les opérateurs ont eu du mal à rejoindre leur poste de travail d'une part, contrariant les plans des opérateurs, et la multiplication des incidents (caténaires, colis suspects,...) a rendu encore plus difficile une situation déjà tendue avec des passagers souvent exaspérés. Le RER A a été victime d'un rail cassé, si bien que la situation "normale" a vite été perturbée. Dans ses communiqués, la RATP a dans un premier temps totalement oublié Orlyval, outil clé pour circuler entre Orly Ouest et Orly-Sud.

Le plus compliqué a sans doute été de parvenir à joindre les sites dits "en temps réels", saturés. Le site du Transilien a également battu ses records de fréquentation, avec un pic de 700 000 requêtes par heure, qui ont fini par faire planter le site. Transilien.mobi a enregistré six fois plus de visiteurs que d'habitude et l’appli Ligne C, trois fois plus. La ministre des transports souligne que "l’information voyageurs n’a pas été au niveau", et il y a fort à parier que ce sera l'un des principaux chantiers des prochains mois pour tous les acteurs.