La patronne d’EasyJet prend position contre le « Brexit »

La patronne d'EasyJet Carolyn McCall a assuré à l'AFP que sa compagnie avait "d'énormes possibilités de croissance" en Europe. Toutefois, elle prévient que l'activité aérienne européenne serait perturbée si le Royaume-Uni votait pour une sortie de l'UE lors de son référendum.

Carolyn McCall, a expliqué à l'AFP "Nous transportons 16 millions de passagers vers et depuis la France en un an" tandis que la compagnie britannique a accueilli au total près de près de 70 millions de voyageurs dans ses avions en 2015.

Selon elle, sa compagnie a encore "beaucoup d'espaces pour grandir" dans l'Hexagone où elle est le deuxième transporteur après Air France avec 15% de part de marché. Elle fait un constat similaire pour l'Europe où sa part de marché pour les vols court et moyen-courriers est de 8%. Elle a assuré y voir "aussi d'énormes possibilités de croissance". La cadre reconnaît toutefois qu'une sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne (Brexit) pourrait freiner les projets d'Easyjet.

La dirigeante rappelle que la dérégulation souhaitée par Bruxelles avait permis au transport aérien de réduire de 40% ses tarifs et augmenter de 170% ses liaisons. Elle explique ainsi: "EasyJet dit clairement qu'un maintien britannique en Europe est la meilleure chose pour le Royaume-Uni". Elle assure toutefois que la société "a des plans" pour s'adapter à un éventuel Brexit.

Comme Willie Walsh, CEO d'IAG, la patronne d'Easyjet a aussi fait part de sa "frustration" après le nouveau report du gouvernement de la décision de construire une nouvelle piste d'aéroport à Londres - à Heathrow plutôt qu'à Gatwick.