La politique voyages est aussi importante que le salaire pour les Road Warriors

La politique voyages ne permet pas uniquement aux entreprises de faire des économies, elle donne aussi la possibilité de séduire ou retenir les collaborateurs. L'étude «Traveler Friction : Insights from U.S. Road Warriors» mené par Airlines Reporting Corp, en association avec American Express Global Business Travel et tClara et présenté le 18 juillet dernier à Denver lors de la Convention 2016 de la GBTA, révèle que la politique voyages d'une entreprise est aussi importante que le salaire pour 8 voyageurs d'affaires sur 10.

L'étude «Traveler Friction : Insights from U.S. Road Warriors» s'est penchée sur l'expérience de 757 voyageurs d'affaires ayant passé au moins 35 nuits hors de chez eux pour le travail au cours des 12 derniers mois et ayant des revenus personnels annuels d’au moins 50 000 dollars.

15% des sondés ont reconnu subir un stress aigu lorsqu’ils sont en déplacements professionnels. Parmi eux, 50% souhaiteraient voyager moins dans les deux années à venir et 66% rechercheraient un emploi ne leur demandant pas de partir autant.

De plus, 8 sur 10 reconnaissent qu'ils s’orienteraient vers des entreprises proposant des politiques voyages plus favorables. De plus, 80% des personnes interrogées affirment que la politique voyages d’une société leur semble aussi importante que le salaire et les responsabilités d’un nouveau poste. Dès lors, si elles souhaitent retenir leurs talents, les entreprises ont tout intérêt à revoir leur politique voyages afin d’éviter le surmenage de leurs employés et leur départ.

Quatre points d'amélioration
L'étude a ainsi identité les 4 améliorations des programmes voyages plébiscitées par les Road Warriors :
- la possibilité de prendre des vols directs (sans escale)
- la possibilité de choisir des hôtels plus confortables
- le droit de voyager en classe business pour les voyages de plus de 6 heures
- un temps de récupération additionnel suivant une longue période de déplacement

65% des sondés affirment qu’atteindre ce top 4 aurait un impact très positif sur leur volonté de rester dans leur entreprise, ainsi que sur leur productivité, qui pourrait augmenter de près de 44%. En outre, les salariés particulièrement stressés en période de déplacement considèrent davantage la qualité des voyages par rapport à leur récurrence.

La totalité de l’étude «Traveler Friction : Insights from U.S. Road Warriors» est téléchargeable via le lien suivant (en anglais)