Le RER C se dote d’un système anti-particules fines

Deux trains de la ligne seront équipés d'une technologie qui permet de capter une partie des particules fines à compter d'octobre 2019.

C'est une bonne nouvelle pour les usagers du RER C. Peu de gens le savent mais lors d'un freinage, le train émet un taux de particules fines élevé. Un phénomène qui pose problème, notamment dans les espaces fermés comme les tunnels ou souterrains. Afin d'améliorer la qualité de l'air dans son réseau, la SNCF va donc tester un système anti-particules. Développé par la jeune pousse Tallano, il aura pour mission de récupérer une partie de ces particules fines émises au freinage avant qu'elles ne puissent se disperser. "La poussière est retenue par des canaux dans la garniture de frein, aspirée à la source via un tuyau qui la ramène vers des turbines avant qu'elle ne soit retenue par des filtres », explique Jean-Louis Junchault, directeur général de Tallano. L'objectif : une baisse de 70% des émissions.

Le test débutera en octobre sur deux trains uniquement, dans un premier temps. Si les résultats sont concluants, ce système pourrait bien s'étendre sur tous les trains de la ligne et au reste du réseau RATP/SNCF ou même aux voitures.