Le patron d’EasyJet veut aligner les salaires hommes-femmes

Les inégalités de salaires entre hommes et femmes ont fait l'objet d'une loi promulguée en avril 2017 au Royaume-Uni. Même si rien ne l'y oblige, le nouveau patron d'easyJet a décidé d'abaisser sa rémunération, pour l'aligner sur celle de son prédécesseur, Carolyn McCall.

Installé à la tête d'easyJet le 1er décembre dernier, le patron suédois de la compagnie avait négocié un salaire annuel de 740.000 livres (840.000 euros). Accepté. Mais entretemps,Johan Lundgren a appris que celui de Carolyn MacCall s'élevait à 706.000 livres (800.000 euros). Dans un communiqué, la compagnie aérienne annonce lundi que son nouveau directeur général a décidé de réduire son salaire au niveau de celui de l'ancienne dirigeante.

La direction par l'exemple, ou bien une façon de changer les regards ? La compagnie avait été récemment dénoncée dans ses pratiques, la différence de salaires entre hommes et femmes étant considérable : 51,7% ! Elle est ainsi l'une des entreprises britanniques où cet écart est le plus important. La différence est sans doute en partie structurelle, les pilotes, qui sont mieux payés que les autres catégories de personnel, étant à 94% des hommes chez EasyJet. "Je veux affirmer mon engagement personnel pour régler le déséquilibre entre homme et femme au sein de nos pilotes et qui explique les différences de salaires plus générales", souligne le nouveau patron dans un communiqué, annonçant son intention d'aller plus loin que l'objectif que s'est fixé EasyJet d'avoir 20% de femmes parmi les nouveaux pilotes embauchés d'ici à 2020.