Les entreprises auditent peu les prix négociés des hôtels

Comme l'indiquait Romain Sabellico dans sa chronique du 27 mars 2017, les entreprises ont tout intérêt à faire un audit de leurs tarifs négociés. Et en effet, l'étude complète de HRS et la fondation GBTA montre que les prix hôteliers négociés en direct par les sociétés ne sont pas toujours respectés.

Premier constat : les sociétés sont finalement peu nombreuses à vérifier régulièrement les tarifs des hôtels. Seules 2% réalisent un contrôle hebdomadaire et 7% un contrôle mensuel. Les autres le font tous les deux mois (22%), une fois par an (31%), voire uniquement lors de l’enregistrement du tarif (33%).

Par ailleurs, la fréquence des écarts découverts entre le contrat négocié avec l’hôtel et le tarif (services inclus) est très variable. Parmi les acheteurs qui ont réalisé des contrôles : 33% ont trouvé des écarts dans plus de 20% des cas ; 30% ont découvert des écarts dans 6 à 20% des cas et 37% ont trouvé des écarts dans 5% des cas ou moins.

Les procédés de contrôle des gestionnaires de voyages varient également : environ la moitié d’entre eux (48%) fait les contrôles manuellement et en interne. Ils sont 40% à compter sur les collaborateurs pour leur signaler les prix incorrects. Enfin, d’autres se fient aux rapports de tierces parties, telles que leur agence de voyages d’affaires, ou TMC (30%) et leur fournisseur de services hôteliers (19%).

De plus, les entreprises ne bénéficient pas toujours des tarifs obtenus lors des négociations hôtelières menées dans le cadre des programmes voyages. Sur plus de 23 000 tarifs analysés, un quart était erroné ou n'intégrait pas correctement le détail des services. Par ailleurs, 11% des prix analysés étaient plus élevés que ce qui avait été négocié entre l’entreprise et l'établissement concerné

L’étude précise que les tarifs plus élevés sont source de frais dans 11% des cas. De plus, les prix erronés sont en moyenne 14% plus élevés que ceux qui avaient été négociés. Autre constat : dans 16% des réservations analysées, le petit-déjeuner n’a pas été inclus ou a été facturé plus cher.