Les véhicules électriques au prix du thermique en 2022

Dans trois ans, la voiture électrique coûtera le même prix qu'un véhicule à moteur thermique. La prédiction peut paraître optimiste, c'est en tous cas la conclusion d'une sérieuse étude réalisée par l’institut d’analyses économiques Bloomberg New Energy Finance. C'est la baisse du coût de fabrication des batteries qui pourrait accélérer le mouvement.

Tous les ans, Bloomberg New Energy Finance réalise une étude comparant les prix d’achat des véhicules électriques et ceux des voitures équivalentes à moteur thermique.

Même si le véhicule électrique reste moins onéreux à l'usage, son prix d'acquisition supérieur aux modèles thermiques freine encore son développement. L’année de la parité – lorsque les véhicules électriques ne seront pas plus chers que leurs homologues thermiques – constituera un moment crucial pour le marché de la mobilité électrique : le choix ne sera alors plus guidé par le prix d’achat mais par d’autres considérations : sécurité, écologie ou encore image de marque pour les véhicules d'entreprises.

Plus le temps passe et plus la date se rapproche. En 2017, Bloomberg NEF prévoyait que le croisement entre les deux courbes de prix (ascendante pour les voitures thermiques, descendante pour les électriques) aurait lieu en 2026 soit neuf ans plus tard. En 2018, le point de croisement était prévu en 2024.

Mais selon la dernière étude dont les résultats viennent d'être publiés, les analystes prédisent qu’en Europe les véhicules électriques ne seront pas plus onéreux que leurs semblables thermiques dès 2022. Cela s'explique par la forte baisse du prix des batteries, dont les capacités de stockage ne diminuent pas mais dont les coûts négociés dans les contrats pour des livraisons d’ici 2 à 3 ans s’effondrent littéralement.

Jusqu'à présent, les spécialistes estimaient que le prix de la batterie était à peu près équivalent à la moitié du coût de production du véhicule. Mais cette proportion a radicalement changé. En 2015, pour une voiture américaine de taille moyenne, la batterie représentait plus de 57% du coût total. Aujourd’hui, c’est 33%. Et d’ici 2025, les analystes estiment que la batterie ne vaudra plus que 20% du coût total du véhicule.

Autre raison pour expliquer l'inversion de courbe des prix: une légère réduction des coûts du châssis et de la carrosserie des véhicules électriques, alors que ces mêmes coûts augmenteront quelque peu pour les véhicules à combustion en raison des mesures que les constructeurs devront prendre pour respecter les objectifs en matière d‘émissions.