Mahan Air contrainte de stopper ses vols Téhéran-Paris

La compagnie aérienne iranienne Mahan Air est contrainte d’annuler ses vols parisiens en raison de "sanctions." Les liaisons vers l’Iran prendront fin dès le 1er avril prochain.

Pour justifier l'arrêt de ses vols, Mahan Air évoque des "sanctions" prises par Paris à son encontre. Jusqu'à présent, elle opérait trois ou quatre vols par semaine entre Téhéran et Paris en fonction des saisons.

Mahan Air figure sur la liste noire des entités visées par les sanctions américaines contre l’Iran depuis 2011. Washington reproche à la compagnie d’apporter "un soutien financier matériel et technique" à la Force al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la Révolution iraniens, l’arme idéologique de la République islamique, notamment en Syrie et en Irak, ou encore d’avoir fait transiter des armes pour le compte des Gardiens à destination du mouvement chiite libanais Hezbollah.

Fin janvier, le gouvernement allemand avait annoncé sa décision de bannir de ses aéroports Mahan Air, allant au-delà du régime de sanctions adopté par l’Union européenne contre Téhéran pour ses activités présumées d’élimination d’opposants en Europe. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand avait indiqué que cette mesure était nécessaire pour "sauvegarder les intérêts de la politique étrangère et de sécurité de l’Allemagne". Téhéran avait alors dénoncé une décision "précipitée et injustifiée."

Avec l’arrêt de ces vols, l’Iran est de plus en plus isolé. Depuis septembre dernier, Air France et British Airways ont décidé de suspendre leurs vols vers Téhéran, considérant qu’ils n’étaient à l’heure actuelle "pas viables commercialement."