Pierre-Emmanuel Tetaz, Concur: « L’open booking n’est qu’une évolution technologique déjà intégrée à TripLink »

Alors que s'ouvre demain mardi 4 octobre la nouvelle édition de Concur Fusion, à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris, le marché du voyage d’affaires se recentre plus que jamais sur les outils de réservation et de paiements. Deux univers que Concur aborde depuis quelques années. Pour 2016, le rendez-vous Fusion ne se focalisera pas sur le rachat de Concur par SAP mais sur l’expérience utilisateur, jugée essentielle par Pierre-Emmanuel Tetaz, le patron Europe du Sud de Concur.

"Comment ne pas imaginer un seul instant que les évolutions technologiques ne soient pas faites dans le seul intérêt du voyageur?" remarque Pierre-Emmanuel qui ajoute, un brin malicieux: "Cela ne veut pas dire pour autant que l’on oublie l’acheteur ou la politique voyages de l’entreprise". En une phrase, tout est dit et la stratégie de l’entreprise dévoilée. Mais derrière les grandes idées, Fusion 2017 se veut pratique, une rencontre très orientée produits, indispensable pour séduire les clients et les utilisateurs.

Ils seront plus de 700 Décideurs, Acheteurs, DAF, Travel Managers, DRH et Responsables Sécurité réunis autour d’un sujet clé : le ROI. Concur n’a pas l’orgueil de répondre à cette question avec une précision chirurgicale mais clairement la prétention de proposer les outils qui vont permettre de l’atteindre en fonction de ses propres objectifs. C’est d’ailleurs la force de l’entreprise américaine d’avoir perçu très tôt les différences de process qui existent entre les entreprises. Aujourd’hui, plus question de ne parler qu’aux grands comptes. Le groupe s’ouvre au mid-market et veut séduire les PME/PMI. Trois conditions pour y réussir : de la clarté, de la clarté et de la clarté !

Rencontre à la veille de l’événement avec Pierre-Emmanuel Tetaz.

DéplacementsPros : Entre fusion 2016 et l’édition 2017, que s’est-il passé pour Concur ?

Pierre-Emmanuel Tetaz : De la croissance, environ + 25% d’une année sur l’autre. Des embauches massives car aujourd’hui nous sommes plus de 6000 dans le monde dont 130 en France. Et le seuil atteint du milliard de dollars de revenus. Autre point fort, le développement européen annoncé s’est engagé. Personnellement, je développe l’Italie, nous sommes déjà une dizaine de personnes sur ce marché porteur. Nous nous sommes récemment installés à Dubaï et en Afrique du Sud. En France, nous gérons environ 1300 clients, tous domaines confondus.

DéplacementsPros : Concrètement, la vedette de cette année c’est Trip Link

Pierre-Emmanuel Tetaz : C’est effectivement un produit phare que nous allons présenter, même si certains le connaissent déjà, car il entre dans une phase de développement et d’acquisition chez les clients. Aux USA, la base installée sur les 34.000 clients Concur doit être d’environ 4.000 utilisateurs. En Europe, nous n’avons pas de chiffres à communiquer car nous sommes en phase d’implémentation. TripLink, c’est un produit qui couvre à la fois le Mid Market et les grands comptes. C’est tout son intérêt.

C’est, comme vous l’avez écrit dans l’un de vos articles, un agrégateur de tout ce qui n’est pas forcément dans les SBT et qui doit être monitoré avec précision par l’entreprise. C’est un outil de traque des dépenses non consolidées. Un ensemble de web services qui permet, chaque fois qu’un utilisateur réserve chez un nos partenaires, de voir la dépense enregistrée et associée au dossier voyage. C’est un formidable outil de reporting mais aussi de gestion instantanée. Une façon très précise de calculer un ROI global, ce que nous demandent les entreprises.

DéplacementsPros : Vous remettez en question l’open booking, c’était une mode selon vous ?

Pierre-Emmanuel Tetaz : Je ne me prononcerais pas sur cette vision de mode mais je remarque que c’est la technologie qui porte les changements et les habitudes. TripLink va permettre, grâce à nos partenaires, de consolider les dépenses qui ne sont pas forcément engagées via les outils de réservation de l’entreprise. Mais son point fort, c’est aussi d’intégrer les règles de la politique voyages. Quand une technologie offre de la sécurité, du reporting et un suivi détaillé des achats faits en dehors du circuit habituel, elle améliore l’expérience utilisateur. C’est pour moi la définition de l’Open Booking.

DéplacementsPros : Qui sont aujourd’hui les partenaires ?

Pierre-Emmanuel Tetaz : Il y en a pas mal. Au risque de ne pas citer tout le monde, on trouve par exemple United Airlines, Booking, G7, Avis, Hertz, TrainLine, HRS, Snapcar, Lufthansa… et j’en oublie. Nous allons en annoncer de nouveaux dans quelques heures et nous poursuivons en permanence l’intégration dans TripLink de tous les services attendus et demandés par les voyageurs d’affaires, comme ce fut le cas de Business Table par exemple. Beaucoup me disent, "il manque l’avion sur TripLink". Ce n’est pas tout à fait vrai car nous avons des compagnies aériennes présentes, mais l’acquisition d’un billet se fait souvent via les outils maîtrisés de l’entreprise. Pour autant, nous discutons avec Air France et d’autres transporteurs.

Pour en revenir à l’open booking, je crois qu’il a évolué avec l’intégration des offres commerciales dans des outils de mobilité comme le nôtre. Nous avons dépassé le stade de l’interrogation qu’avaient les acheteurs en nous disant "mais je ne maitrise rien avec l’open booking". Aujourd’hui, toutes ces dépenses majeures sont maîtrisables avec nous. L’open booking restera un moyen plus qu’une finalité. Il faut en être conscient pour l’intégrer dans son offre interne de déplacements professionnels. Nous, nous disons que TripLink offre cette sécurité et cette garantie d’ouverture à de nouveaux fournisseurs du domaine.

DéplacementsPros : Deux évolutions sensibles pour le marché en cette presque fin d’année : le rachat de KDS par Amex et des fees à Zéro. Quel regard portez-vous sur cette actualité ?

Pierre-Emmanuel Tetaz : Il ne faut pas se voiler la face, KDS était sur le marché depuis quelques années et je tiens à saluer le travail de ses fondateurs. C’est un joli coup pour Amex avec qui nous travaillons beaucoup et je l’espère encore plus. Concur est un fournisseur de technologie, le regard que nous portons passe par ce prisme. Nous sommes persuadés que le voyageur va prendre de plus en plus de place dans l’entreprise avec des outils rapides, simples et totalement respectueux des politiques voyages. A partir de là, tout ce qui se fait autour de ces nouveaux services, en accord avec les process de l’entreprise, va permettre aux voyageurs de trouver rapidement des réponses à ces besoins, même aux plus novateurs.

Pour les fees à zéro, je suis perplexe car toute activité à un coût. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne réponse aux attentes des voyageurs. Plus que le simple coût d’une transaction, Il me semble que c’est l’environnement offert et la capacité à gérer les demandes qui comptent. Mais je comprends le besoin d’économies attendu par les entreprises. C’est devenu un fil rouge dans la gestion des déplacements. Pour autant, je ne suis pas certain que ce sera la bonne solution.

DéplacementsPros : Concur Fusion, c’est la grande messe de l’entreprise. Que va-t-on y faire ?

Pierre-Emmanuel Tetaz : C’est l’un des rares endroits où il y a tout l’écosystème du voyage d’affaires. Au-delà des grandes conférences, qui réservent quelques surprises, les visiteurs participeront à 16 ateliers avec 11 clients qui vont faire des retours concrets d’expérience et apporter leur regard sur l’utilisation de nos outils. Un benchmark grandeur nature très demandé par nos prospects. On verra l’évolution des usages dans nos univers de travail mais aussi comment l’expérience utilisateur permet d’interagir avec les chats.

Côté innovation, nous présenterons notre travail autour d’Office 365 mais également de nouveaux outils comme Amazon Echo. Encore une fois, j’insiste sur ces évolutions qui semblent parfois futuristes à nos acheteurs mais qui seront dans quelques mois au sein des grandes entreprises dans le monde. Concur Fusion, c’est le lieu pour se rendre compte de l’évolution du voyage d’affaires, que ce soit en termes de gestion, de technologies ou d’interaction de l’homme avec la machine.

DéplacementsPros : Et au-delà de ce rendez-vous, que regardez-vous ?

Pierre-Emmanuel Tetaz : Énormément de choses. Prenons le développement de l’Intelligence Artificielle, nous n’en sommes qu’au début de son utilisation. Aujourd’hui, on apprend à connaître le voyageur pour lui simplifier et lui personnaliser son voyage. Demain, nous serons dans le monde du vocal et nous piloterons nos besoins à la voix. Au-delà, le travail sur le Cloud engagée par SAP est une évolution majeure qui permet de gérer finement la data et de la partager tout en l’enrichissant.

Mais l’évolution est aussi chez les hommes. On voit aujourd’hui arriver sur le marché des Digital Officers qui travaillent en collaboration avec les DSI pour repenser l’univers digital de l’entreprise, que ce soit pour le client externe mais aussi pour le client interne. C’est plus qu’une simple transformation, c’est un regard nouveau sur les besoins. Mais nous travaillons aussi sur des éléments plus dans le temps actuel, avec la mise en place d’un connecteur SAP pour relier toutes les écritures sur les outils de gestion de l’entreprise avec encore plus de fluidité qu’aujourd’hui car nous savons comment gérer la connaissance du voyageur.

Nous avançons avec lucidité tout en regardant l’avenir. C’est, pour moi, le signe de bonne santé d’une entreprise que d’être capable de gérer le présent sans pour autant oublier de regarder le futur.

Entretien réalisé par Marcel Lévy