Quel avenir pour les magazines papier des compagnies aériennes ?

La presse magazine a connu sa révolution il y a maintenant 10 ans avec l’arrivée des premiers smartphones. Depuis, les éditeurs ne cessent d’évoluer pour fidéliser leurs lecteurs et les annonceurs et trouver un modèle économique viable mais aussi durable. Cette mutation n’a évidemment pas épargné l’univers des consumers magazines, notamment ceux des compagnies aériennes disponibles à bord des avions : les magazines inflight.

Les voyageurs d’affaires trouveront-ils toujours des magazines à lire à bord ? Le magazine inflight, grand canal de communication des compagnies aériennes, n'est pas tout à fait mort. Cependant, les impacts économiques et environnementaux (surconsommation de carburant, frais de logistique...), poussent les transporteurs à réinventer ce média. Pour bien comprendre l’importance de leur réflexion, il faut s’avoir que le poids d’un service de magazine à bord varie entre 80 et 200 kg par avion, selon son nombre de pages et le nombre de passagers. Pour les vols courts et moyen-courriers, cela engendre en moyenne 10 tonnes de kérosène par an et par avion, et plus du double pour les longs courriers. L’impact environnemental, quant à lui, s’élève à 3 tonnes de CO2 produites pour chaque tonne de kérosène consommée.

Les compagnies aériennes qui avaient donc l’habitude d’offrir un large éventail de presse quotidienne ont décidé de passer au digital, en offrant dans un premier temps, via leur application mobile, les titres jusque-là en version papier. La réussite d’Adaptive Channel, acteur majeur de la presse digitale dans l’aérien, en témoigne.

L’étape suivante vient d’être franchie grâce à l’association de PXCom (technologie embarquée) et d’Adaptive Channel (dispositif de presse online) qui proposent désormais une expérience de lecture 100% interactive, que ce soit sur l’écran situé devant son siège ou sur les nouveaux systèmes de divertissement à base de serveur wifi embarqué. Cette innovation, présentée à l’APEX Expo, grand rassemblement de la profession qui se tient du 24 au 27 septembre à Boston (USA), permet aux compagnies de rassurer les annonceurs et de continuer à bénéficier d’une source de revenus complémentaires. Car, à l’instar de la presse papier, les ventes publicitaires des magazines inflight s’essoufflaient, faute de pouvoir cibler et engager cette audience de choix. Avec la technologie PXCom, les grandes marques vont pouvoir imaginer et créer des campagnes ciblées, mesurables avec des contenus éditoriaux originaux.