Quelles sont les villes où l’on circule le moins bien ?

Que Paris soit la pire ville de France pour les embouteillages n'étonnera personne. La capitale française occupe la quatrième place de ce classement mondial réalisé par l'institut Inrix, spécialiste des mobilités urbaines.

Chaque année Inrix dévoile son classement “The INRIX Global Traffic Scorecard” qui étudie les tendances de mobilité routière dans plus de 200 villes de 38 pays différents. 

Le classement 2018 vient d'être publié et c'est en Colombie, à Bogota, que l'on perd le plus de temps au monde dans les embouteillages. En moyenne, un conducteur de Bogota a perdu 272 heures dans l'année, bloqué dans sa voiture, victime d'infernales conditions de circulation.

Suivent Rome et Dublin, puis Paris au quatrième rang mondial. Anne Hidalgo, la maire de la capitale, peut ainsi mesurer l'efficacité de ses plans de circulation sensés fluidifier le trafic.

La grande surprise de ce classement 2018 vient de Bordeaux. Celle que l'on surnomme la belle endormie et aujourd'hui considérée comme l'une des villes les plus attractives de France se hisse en huitième position du classement. La huitième pire ville du monde pour les déplacements motorisés.

Encore mieux, Bordeaux se situe en 2e place des ville où les trajets urbains sont les plus longs. En moyenne, un automobiliste bordelais aurait passé 223 heures par an dans les bouchons (contre 237 heures à Paris) ! Le temps d'un trajet motorisé en ville s'évaluerait à 9 minutes pour parcourir 1,6 km. Tandis qu'à Paris, il n'atteint pas les 7 minutes. 

Parmi les autres villes françaises victimes des embouteillages, on retient également des cités comme Montpellier (Hérault) avec 163 heures, Nantes (Loire-Atlantique) avec 160h, puis Lyon (Rhône) et Marseille (Bouches-du-Rhône) qui s'en sortent plutôt bien avec respectivement 141h et 140h.