Retards et annulations de vols : quels sont les aéroports les plus touchés ?

AirHelp a recensé les retards et annulations de vols dans les principaux aéroports français au premier semestre 2019. La société livre un bilan détaillé et rappelle les droits des passagers en cas de retard ou d’annulation.

Le constat est sans équivoque : plus l’aéroport est important (en nombre de passagers), plus le taux de vols perturbés (retard ou annulation) est élevé. AirHelp, société juridique spécialisée dans le droit des passagers aériens, a recensé l’ensemble des vols partis des 9 principaux aéroports français entre le 1er janvier et le 30 juin 2019 et livre son bilan des retards et annulations. 
À l’aéroport de Paris CDG, le plus touché, 1 vol sur 4 a connu des perturbations au cours du premier semestre. Dans les aéroports de Marseille et Nice, 1 vol sur 5 a été perturbé. Pour les autres principaux aéroports français (Paris-Orly, Nantes, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Beauvais-Tillé), le taux de vols perturbés ou annulés se fixe entre 13 et 18 %. 

Retrouvez ci-dessous le tableau récapitulatif des chiffres recensés par AirHelp : 
p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 11.0px Helvetica; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000} span.s1 {font-kerning: none}

Chrystel Erotokritou, juriste chez AirHelp, précise que "les aéroports les plus petits sont plus faciles à coordonner", d’où le constat de l’étude. La juriste rappelle cependant que "les aéroports sont rarement responsables des retards et des annulations de vols", davantage causés par "des problèmes d’exploitation des compagnies aériennes, des intempéries, des grèves et des problèmes techniques". Dans le même temps, Chrystel Erotokritou indique que "moins de 2 Français sur 10 connaissent leurs droits de passagers et sont donc très peu à réclamer l’indemnité qui leur est due". La juriste rappelle qu’une indemnité peut être demandée "pour les annulations de vols et pour les retards de plus de 3 heures".