SNCF : Pépy publie sa feuille de route

Dans l'attente de la décision de principe des syndicats sur la réforme ferroviaire, le Président Pépy a publié ce jeudi matin sa "feuille de route" qui prévoit des négociations jusqu'en juillet, afin de présenter un plan stratégique "nouvelle SNCF".

"Pour une nouvelle SNCF, plus efficace, plus unifiée et mieux armée face à l’ouverture à la concurrence", tel est l'objectif annoncé par l'avant-propos de ces 29 pages qui constituent la feuille de route que s'est donné Guillaume Pépy : "C'est la réforme pour les 80 prochaines années, c'est normal qu'il y ait des inquiétudes, c'est normal que les organisations syndicales s'en fassent l'écho. Mais la seule façon de trouver des solutions c'est de discuter et d'agir", a déclaré le président du directoire de la SNCF. On y lit notamment en page 19 que dès lors que les efforts auront été partagés et que la SNCF aura fait sa part d'effort, "l’Etat prendra sa part de responsabilités avant la fin du quinquennat pour assurer la viabilité économique du système ferroviaire". Traduire : gèrera la dette (pour mémoire, 47 millions d'euros). C'est la première fois depuis une semaine que cette question de la dette revient sur le tapis.

Dans ce document, la SNCF propose un "nouveau pacte social". Le "programme de travail" présenté jeudi comporte une attention soutenue sur la qualité du réseau, un enrichissement des offres à la clientèle, une simplification de l'organisation, une décentralisation du management, une plus grande numérisation, une optimisation des matériels et un accent sur les ressources humaines. Avec l'ouverture à la concurrence, tous les cheminots devront développer de nouvelles compétences. La polyvalence sera de rigueur et les nouveaux embauchés ne devraient plus bénéficier du statut de cheminot, ils auront un contrat spécifique. Et par souci d'attirer les candidats, il est question d'un "système de classification et de rémunération qui valorise l'engagement". Tout ce à quoi les syndicats se sont opposés jusqu'à présent.