SNCF : la grève du 14 mars n’aura pas lieu

Envisagé pour le 12 puis pour le 14 mars, le mouvement de grève proposé par la CFDT n'aura finalement pas lieu. Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF – la CGT, l’UNSA, SUD-Rail et la CFDT – décideront « le 15 mars » d’une éventuelle grève, en fonction des premières réunions de concertation avec le gouvernement sur la réforme du rail. Les voyageurs d'affaires peuvent à nouveau planifier sereinement leurs déplacements en semaine 11.

Est-ce que les sondages d'opinion défavorables au mouvement de grève ont eu une influence sur la décision des syndicats ? Ils ont en tous cas décidé ce merdi d'attendre les premières rencontres avec le gouvernement avant de décider un mouvement. "Si le 15, nous constatons que le gouvernement est dans la logique d’un passage en force, alors il y aura grève à la SNCF", a expliqué Laurent Brun, secrétaire général de la CGT cheminots à l’issue d’une réunion intersyndicale. Il a précisé que la manifestation prévue pour le 22 mars était "maintenue".

Laurent Brun a expliqué que "pour avoir une grève à la SNCF, il faut d’abord déclencher une alerte sociale". Les syndicats le feront dès ce mercredi "en vue d’un dépôt de préavis de grève". Il faut compter un délai d’une quinzaine de jours entre l’alerte sociale, le dépôt d’un préavis et la grève elle-même. Les syndicats devraient utiliser ce délai pour constituer un front commun.

Outre le peu de soutien annoncé de la population aux Cheminots, les syndicats auront peut-être également constaté la fragilité d'une éventuelle mobilisation au sein même de la compagnie ferroviaire. Contrairement à la dernière tentative de modification du statut des cheminots en 1995, il n'est pas question de toucher aux retraites. Le projet du gouvernement ne touche pas non plus à l'actuel statut, il le bloque pour les nouveaux entrants. Enfin Edouard Philippe a affirmé ne pas vouloir toucher aux petites lignes, des lignes dont la défense aurait pu mobiliser autour de la notion de service public.