SNCF : le « Oui, mais » des organisations syndicales à Edouard Philippe

L'invitation du 1er ministre Edouard Philippe pour le 7 mai a reçu ce mercredi une réponse : les syndicats se rendront à son invitation, mais annoncent qu'ils organiseront une journée "sans train" le 14 mai si ce qu'ils entendent ne leur convient pas.

Les voyageurs d'affaires prudents ne devraient pas prévoir de se rendre en train à un rendez-vous important, le 14 mai. Car il n'est pas certain qu'il y ait du mouvement sur les rails ce jour là. La date était déjà à l'agenda de la grève "en pointillés", mais les organisations syndicales se sont présentées en front uni ce mercredi pour dire qu'elles risquaient fort d'en faire une journée noire pour les passagers si ce qu'elles entendent dans la bouche du 1er ministre, le 7 mai, ne leur convient pas.

A noter que les organisations syndicales n'ont pas remis en cause la formule même du rendez-vous à Matignon : Edouard Philippe ne rencontrera pas un front syndical plus ou moins uni, il doit rencontrer séparément et avec la ministre des transports, chacune des quatre organisations représentatives de la SNCF (CGT, UNSA, Sud-rail et la CFDT).

Par ailleurs une autre journée, le 3 mai (également à l'agenda des grèves), sera marquée par des manifestations qui se veulent de rassemblement... et de force, avant le rendez-vous gouvernemental.