Saint-Aignan n’en peut plus des vols de nuit

Que Notre-Dame-des-Landes se fasse ou pas, la population de la commune de Saint-Aignan réclame une pause sur les vols de nuit, entre 22h30 et 6h. Car compte-tenu des retards pris dans la construction du nouvel aéroport et quelle que soit la décision sur son avenir, les habitants vont devoir vivre encore au moins 5 ans cette situation qu'ils ne supportent plus. La Mairie attaque.

Pour mieux protéger ses concitoyens excédés par les nuisances sonores liées à l’aéroport, le Maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu a décidé de saisir le Premier ministre, rapporte Presse Océan. Jean-Claude Lemasson, maire divers gauche de cette commune riveraine de l’aéroport de Nantes Atlantique, veut obtenir la mise en place d’un plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE).

Selon une directive européenne datant du 25 juin 2002, tout territoire a droit à un tel Plan dès lors que l’activité d’une plateforme aéroportuaire dépasse le seuil de 50 0000 mouvements d’aéronefs/an, ce qui est le cas à Nantes Atlantique depuis octobre 2016, relève Jean-Claude Lemasson. Le Maire réclame l’instauration un couvre-feu afin d’éviter "les vols de début et de fin de nuit, entre 22 h 30 et 6 heures du matin". Les élus attendent également des aides financières pour procéder à l’isolation phonique des logements.