SeaBubbles, le taxi flottant du voyageur d’affaires

Un nouveau moyen de transport, c'est toujours un événement. Pour le voyageur d'affaires, plus de mobilité, c'est plus de rapidité. SeaBubble vise cet objectif : aller vite sur la seine avec un taxi volants électriques. Bienvenue au 21ème siècle !

Sans doute les avez-vous à Paris du 16 au 28 mai dernier, quand ils étaient en phase d'expérimentation sur la Seine. Aujourd'hui, ils veulent pouvoir circuler à 40 km/h au lieu des 12 imposés sur la Seine aux bateaux commerciaux. Mais pour les gestionnaires de SeaBubbles, il ne s'agit pas d'un bateau au sens premier du mot mais bel et bien d'un nouvel outil de transport nautique.

Si l'accord de principe a été obtenu, selon Alain Thébault, son concepteur, il n'en va pas de même pour Voies Navigables de France et la Préfecture d'île de France qui se contentent de dire que "des discussions sont en cours". Mais avec ses "foils" qui lui permettent de s'élever sur l'eau, le véhicule ne provoque pas de remous et devrait obtenir un accord officiel rapidement.

Il reste également à monter l'offre commerciale. Là encore, le dossier sera complexe et couteux. Il faut créer les zones d'embarquement entre le Trocadéro et la Gare de Lyon, le premier trajet envisagé. Enfin, il faut également établir un tarif sachant que seules 6 personnes peuvent prendre place dans le taxi volant. Pour aborder le sujet, Alain Thébault envisage de s'appuyer sur Uber Green qui prendrait en charge la commercialisation. Là aussi les discussions sont en cours.