Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires


Lundi 13 Mai 2019

Sécurité routière et travail: plus de 80% des dirigeants sous-estiment les risques


Moins de 2 chefs de TPE/PME sur 10 ont mis en place des actions de prévention des risques routiers auprès de leurs salariés (16 %) et ils ne sont pas plus nombreux à savoir que le risque routier est la première cause d’accident mortel au travail (18 %).



L'accident de la route, première cause de mortalité au travail.
L'accident de la route, première cause de mortalité au travail.
Des chefs d'entreprises inconscients des risques pris par leurs salariés qui empruntent la route pour leurs déplacements professionnels. C’est ce que montrent les résultats de la 4e édition de l’étude MMA - Ifop sur le risque routier en entreprise dévoilés à l’occasion des Journées de la sécurité routière au travail qui se déroulent du 13 au 19 mai.

Responsables de plus de la moitié des décès au travail, les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité dans le cadre professionnel. Une réalité très largement sous-estimée par les dirigeants de TPE/PME, puisqu’ils ne sont que 18 % à classer le risque routier au premier rang (-7 points par rapport à 2016).

Les chefs d’entreprise sont également peu au fait de leur responsabilité en cas d’accident d’un salarié. 62 % savent qu’un dirigeant peut être tenu pour responsable en cas d’accident de la route impliquant un salarié sur un trajet professionnel et 42 % lorsqu’il s’agit du trajet domicile-travail. A noter cependant une amélioration par rapport à 2018 avec des hausses respectives de 8 et 11 points.

L’obligation de désignation des salariés ayant commis une infraction routière est connue par 91 % des dirigeants. Désormais, seuls 23 % des chefs de TPE/PME se disent prêts à payer l’amende alors qu’ils étaient 56 % en 2016. Instaurée en 2017, cette mesure est perçue positivement puisque 68 % des dirigeants disent qu’elle responsabilise le salarié (53 % en 2017) et seuls 34 % estiment qu’elle peut nuire aux relations entre la direction et les salariés (48 % en 2017).

Bien qu’elle soit obligatoire, la mention du risque routier dans le Document Unique reste rare : seuls 29 % des dirigeants l’ont inscrit. On note cependant une progression linéaire depuis 2016 (+8 points). C’est dans le secteur du BTP et dans les entreprises de plus de 10 salariés que cette mention est la plus répandue (44 % et 41 %).

Autre point inquiétant, 84 % des chefs d’entreprise n’ont pas mis en place d’actions de prévention. Pourtant, 32 % d’entre eux ont déjà été sollicités par leurs salariés pour mettre en place des solutions permettant de réduire le risque routier. Ainsi, seulement 16 % des dirigeants se sont investis dans cette démarche, une part malheureusement stable depuis 2016. Ici encore, c’est le BTP et les structures de plus de 10 salariés qui sont les plus investis (26 % et 28 %).

Les actions les plus déployées sont la vérification de la validité de permis de conduire (84 %) et des véhicules à disposition (77 %). Deux mesures augmentent significativement cette année : la réduction des déplacements des salariés pour limiter les risques routiers (54 % contre 48 % en 2017) et le droit à la déconnexion complète lors des trajets professionnels (46 % contre 32 % en 2017). 44 % des dirigeants ont mis en place une charte de bonnes pratiques, 9 % des sessions de sécurité routière.

La majorité des dirigeants n’ayant pas mis en place d’actions de prévention reconnaît ne pas y avoir pensé (59 %). Une proportion record cette année, en hausse de 9 point par rapport à l’année dernière. La seconde raison évoquée est le manque de temps (16 %).

Parmi les enjeux de sécurité routière, les 2/3 des chefs de TPE/PME désignent l’alcool au volant comme prioritaire (66 %). Les distracteurs de conduite se placent cette année en seconde position (43 % de citations, +13 points par rapport à 2017). Viennent ensuite la consommation de stupéfiants au volant (38 %), la vitesse (28 %) et la fatigue au volant (17 %).

Etude réalisée par téléphone par l’Ifop pour l’assureur MMA du 1er au 8 avril 2019 auprès d’un échantillon de 503 dirigeants d’entreprise, représentatif des entreprises françaises de 1 à 49 salariés.
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Bonjour

Merci de nous donner votre avis. Il sera très utile pour améliorer les contenus de DéplacementsPros.com.

Les messages sont modérés

Le courage des opinions exprimées est une vertu que nous cultivons.
Les messages postés avec des adresses mails erronées ne seront pas publiés.

Les messages agressifs ou injurieux sont systématiquement éliminés.
Autant le savoir pour ne pas perdre votre temps.

Les commentaires ne sont pas faits pour assurer la publicité commerciale d'un annonceur ou d'un opérateur. Merci d'en tenir compte car tous les messages contraires à cette règle seront systématiquement effacés.

La rédaction


Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1221 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.