Uber accepte de payer plus de 2 millions aux Pays-Bas

Pour mettre un terme aux procédures judiciaires en cours, Uber a trouvé un accord à l'amiable avec le ministère public néerlandais. Le service de VTC américain va faire un chèque de plus de 2,3 millions d'euros.

Poursuivi depuis plusieurs années par la justice néerlandaise pour infraction à la loi sur les taxis, Uber a choisi la voie de la négociation. Pour mettre un terme aux différentes procédures en cours, l'entreprise américaine a accepté l'offre du ministère public : payer 2 334 409 euros.

Le communiqué du ministère précise que ce montant comprend entre autres des "avoirs criminellement acquis, qui se montent au total à 309.409 euros". Il rappelle également qu'"Uber fournissait une application pour des services de transport qui n'exigeait des chauffeurs aucune licence de taxi, bien que cela soit une obligation légale" dans le pays.

La justice néerlandaise avait ainsi interdit l'application UberPop en décembre 2014. Quatre mois plus tard, le ministère public néerlandais avait ensuite ouvert une enquête criminelle.

Ayant réglé ses problèmes judiciaires, Uber va pouvoir se concentrer sur son entrée en bourse. Comme ses confrères de l'économie collaborative lyft et Airbnb, le VTC planche, en effet, sur un projet d'IPO («Initial public offering»). L'entreprise vise autour de 100 milliards de dollars.