Uber menace de se retirer d’Autriche

Le géant du VTC prévient qu'il pourrait se retirer d'Autriche si une nouvelle loi lui imposant les mêmes tarifs que les taxis était adoptée.

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px 'Times New Roman'} p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px 'Times New Roman'; min-height: 15.0px}

"Si cela se produit, il n'est pas exclu qu'il y ait un retrait", a déclaré Martin Essl, directeur d'Uber Austria, à la radio ORF. "Nous ne pouvons probablement pas continuer avec cet amendement rétrograde." Actuellement, des règles différentes s'appliquent aux taxis et aux voitures de location en Autriche. Uber est classé comme un service de location de voitures et peut donc fixer ses propres prix, tandis que les tarifs des taxis sont réglementés et fixés par les provinces. La nouvelle loi, qui pourrait être adoptée par le Parlement dès juillet et s'appliquerait à partir de septembre de l'année prochaine, prévoit qu'Uber devrait appliquer les mêmes tarifs que les taxis.

 

L'industrie du taxi a livré plusieurs batailles à travers l'Europe avec la compagnie américaine, qu'elle accuse de saper son modèle économique. Uber a été suspendu pendant deux jours en Autriche l'année dernière en raison d'un procès intenté par une société de taxi locale. Il a été autorisé à reprendre ses activités après s'être assuré que les commandes de trajets étaient réservées de façon centralisée plutôt que directement auprès d'un chauffeur, et que les voitures devaient être envoyées des locaux de l'entreprise et y revenir entre les trajets.