Uber perd de l’argent et se met à dos Apple et Google

"Il en fallait peu pour que l'application Uber soit supprimée de l'Apple Store"a déclaré un proche de Tim Cook après que la presse américaine a révélé les trucages de l'entreprise pour pister les utilisateurs même quand ils avaient supprimé l'application de leur smartphone.

Il a fallu beaucoup de persuasion à Travis Kalanick, le PDG d'Uber, pour convaincre Apple qu'il s'agissait d'une erreur de tracking, prétextant que les datas conservées n'avaient jamais été utilisées. Désormais pour la firme de Cupertino, Uber est sous surveillance serrée et la moindre incartade technologique lui sera fatale. Chez Google, rien de comparable pour l'instant mais les pratiques de l'entreprise Uber sont soigneusement étudiées même si Android n'offre pas, selon les spécialistes, les mêmes possibilités techniques.

Ce n'est pas la première fois qu'Uber est attaquée pour ses pratiques douteuses. On a reproché à l'entreprise californienne d'avoir utilisé un logiciel secret pour espionner la police et déjouer les éventuels contrôles. Pire, on soupçonne Uber du vol d'informations confidentielles principalement liées aux besoins de déplacement de ses clients.

Mais au final, et malgré une perte de près de 6 milliards de dollars en deux ans, l'entreprise continue à caracoler en tête des sociétés du monde collaboratif. Valorisée à 70 milliards de dollars, en raison des importantes levées de fonds réalisées ces dernières années, Uber affiche fièrement 20 milliards de volume d'affaires dans le monde, malgré un échec cuisant en Chine. Des bons résultats qui inquiètent cependant les investisseurs. D'ailleurs Uber n'est toujours pas côtée, malgré les annonces de 2015 et les risques juridiques et sociaux qui pèsent dans une trentaine de pays ne sont pas faits pour les rassurer.