Un syndicat espagnol poursuit Ryanair

Si Ryanair a trouvé un terrain d'entente avec ses pilotes britanniques et irlandais, la low-cost garde des relations très tendues avec le syndicat des pilotes espagnol, le Sepla. L'organisation accuse la compagnie de ne pas respecter le droit du travail local.

Le SEPLA, syndicat des pilotes espagnol, a décidé de poursuivre Ryanair. Il lui reproche de ne pas suivre le droit du travail ibérique. Il va ainsi saisir la Haute Cour par le biais de deux plaintes au nom de 500 des 800 navigants de Ryanair basés en Espagne.

Dans un courrier adressé à ses membres, le SEPLA estime : “Après les événements de ces dernières semaines et au vu des déclarations de nos responsables, il est désormais clair que Ryanair n‘a pas l‘intention de négocier avec les représentants des pilotes, tant qu‘elle ne sera pas contrainte de le faire”, ajoutant “Nous étions bien naïfs de croire que la direction voulait réellement changer des relations sociales à ce point envenimées”.

La low-cost irlandaise entretient une relation tendue avec ses navigants espagnols. Elle les a prévenus qu'elle refuserait toutes “demandes risibles” d'adopter les conditions de travail des pilotes employés par des transporteurs traditions. Et cela, même s'ils la menacent de faire grève pendant les vacances de pâques.

L'entreprise irlandaise a réagi à l'annonce du dépôt de plainte en assurant qu'elle respectait le droit espagnol et a rappelé que la cour d‘appel de Valencia avait estimé le mois dernier que les tribunaux ibériques n’étaient pas compétents en matière d‘emploi des équipages espagnols.