Une surcharge pondérale peut vous coûter cher !

Les médecins vous le diront, le surpoids et un des facteurs qui affecte votre espérance de vie. Mais saviez-vous qu’il pourrait potentiellement affecter le prix de vos billets d’avion ?

En aviation, la masse totale de l’avion chargé est un facteur capital qui détermine beaucoup de paramètres que les pilotes prendront en compte pour assurer l’opérabilité et la sécurité du vol. C’est la raison pour laquelle les bagages sont pesés puis répartis dans les différentes soutes de l’appareil. Le bilan carburant est également scruté à la loupe car il faut prendre le carburant nécessaire pour effectuer le vol plus les réserves légales imposées par les compagnies, les différents codes nationaux et internationaux (déroutement, temps d’attente potentiel, réserves obligatoires…).

Mais qu’en est-il des passagers ? Et bien en Europe, l’EASA (European Aviatioon Safety Agency) a déterminé que le poids médian est de 84.6 Kg pour un homme et de 66.5 Kg pour une femme. Dans les débuts de l’aviation commerciale, les passagers étaient pesés avant chaque vol. De nos jours, on utilise ces valeurs moyennes pour estimer le poids de l’avion. Bien évidemment, cela a donné des idées à certains…

Fuel Matrix Ltd, une start-up Britannique, travaille sur algorithme et un système de mesure pondérale ayant pour but d’aider les compagnies aériennes à déterminer le poids exact de leur cargaison, y compris les passagers. De fait, les compagnies ne disposeraient non plus d’une estimation de la masse mais une valeur aussi exacte que possible leur permettant ainsi de transporter moins de carburant (et donc d’emporter moins de carburant allégeant ainsi l’avion, permettant une réduction de la consommation et donc, de réduire les émissions de carbone).

Avons-nous affaire à une start-up qui vient de faire un magistral buzz ou bien est-ce une tendance réelle ? A la vue du site web et des annonces floues faites par la jeune pousse, il est fort à parier qu’ils ont réalisé un beau coup de communication. Sur le plan pratique, les compagnies et les organisations travaillent effectivement sur le contrôle des coûts et donc sur le management des charges embarquées (voir le rapport de l'EASA) mais ce fait n'est pas nouveau.

Fuel Matrix Ltd n’a pas encore installé ses systèmes aux portes d’un aéroport et ne souhaite pas que cette « innovation » permette aux compagnies de facturer des charges supplémentaires. En tout cas, sachant que les Britanniques ayant une IMC (indice de masse corporelle) supérieure à 25 sont 63.8 %, on comprend le fait que 58 % d’entre eux ne souhaitent pas que cette mesure soit pratiquée.