Voyageurs d’affaires : comment gérer le stress de la rentrée?

La rentrée de septembre est toujours un moment délicat. Il suffit de prendre un calendrier pour s'apercevoir du tunnel qui conduira aux prochaines grandes vacances. Pire, la météo se dégrade lentement et les jours de soleil qui accompagnent l'automne bercent nos cœurs d'une réelle langueur monotone (merci Verlaine). Bref, rentrer c'est mourir un peu, comme le dit une étude menée par Bird Office.

Pas moins de 1107 actifs français, pas tous dépressifs, ont été interrogés pour connaître leur niveau de stress en ce début septembre. Globalement, 38% des ex-vacanciers affirment être angoissés à l’idée de retourner au travail et, plus étonnant, 7% considèrent passer en “mode survie” en carburant pour se remettre à la page pendant la première semaine de reprise ! 21% avouent vouloir repartir en vacances le premier jour de leur retour.

Et les autres ? Ils somatisent. 32% qui affirment sentir de la fatigue physique les premiers jours de leur retour et 12%, de la douleur. Et comme l'exprime l'auteur du rapport "Si certains ont évités les crampes de nuques dans les avions low-cost, une partie non négligeable des répondants en ont donc plein le dos de la rentrée. 17% des salariés disent se sentir stressés à cause du pic de travail qu’une boîte mail laissée en jachère implique, 71% affirment qu’ils sont influencés par le temps maussade comparé au beau soleil qu’ils ont eu… Mais 12% trouvent que leur stress provient d’un déséquilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle. Le travail nuit à la santé ? Qui en doutait ?

Bref, on connaît le mal. Reste à découvrir le remède. Première solution, l’auto persuasion pour se convaincre que tout va bien quand tout va mal. On peut sortir les gris-gris antistress, les calendriers où apparaissent entourées de rouge les prochaines vacances, ponts et autres absences officielles…

Mais la solution, la vraie, selon Bird Office c'est l’healthy. À commencer par l’alimentation: 27% des ex-vacanciers troquent les apéros contre des boissons sans sucre et sans alcool. En parallèle 36% déclarent ne pas diminuer voir augmenter leur consommation de caféine à la rentrée.

A tester aussi, le yoga (histoire de se plier en deux pendant quelques semaines) qui séduit 19% du panel. Très tendance, la méditation qui séduit 10% des répondants. Autre solution, le recours à la médecine douce telle que l'homéopathie ou le massage du kiné concernent 15% du panel. Et pas moins de 49% disent écouter de la musique au travail pour se détendre. Enfin, rien ne vaut les valeurs sures. 2% préconisent les micro-siestes pour affronter les journées éprouvantes de travail.

Mais l'entreprise aussi peut lutter contre le stress de ses salariés. 32% des interrogés considèrent que leur entreprise propose des solutions ou un cadre qui permet de réduire ou d’éviter l’excès de stress. Mieux, 20% d’entres elles proposent dans leur goodies et cadeaux du CE des éléments liés à la réduction du stress: boules anti-stress, gadgets d’auto-massage et cours de yoga entre autres. Enfin, 7 entreprises sur 10 organisent plus d’évènements team-building et afterworks en période de rentrée. Mieux vaut être triste en groupe que tout seul ?

Décidément, le fameux Men sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain) reste d'actualité. Bonne rentrée à toutes et tous.
Méthodologie de l'étude

1 107 personnes ont répondu au sondage.
8% d’entre elles travaillent dans une TPE (moins de 10 salariés),
37% dans une PME (entre10 et 250 employés),
24% dans une ETI et 31% dans une grande entreprise (+de 5000 employés).

La majorité des répondants ont moins de 35 ans (52%), les 35 à 44 ans représentent 19%,
les 45 à 54 ans 16% et les plus de 55 ans représentent 13%.

56% sont des femmes et 44% sont des hommes.