Y-a-t-il un « loup » dans la décision de la France d’accorder plus de vols à Emirates ?

La France a accordé cet été trois vols hebdomadaires supplémentaires à la compagnie de Dubaï Emirates alors que son quota de vols attribués dans le dernier accord bilatéral sur les services aériens entre la France et les Emirats arabes unis était atteint depuis longtemps. A priori, la DGAC a donné son autorisation à Emirates dans […]

La France a accordé cet été trois vols hebdomadaires supplémentaires à la compagnie de Dubaï Emirates alors que son quota de vols attribués dans le dernier accord bilatéral sur les services aériens entre la France et les Emirats arabes unis était atteint depuis longtemps. A priori, la DGAC a donné son autorisation à Emirates dans le cadre des droits de trafic accordés à l'ensemble des compagnies des Emirats Arabes Unis, donc sur le quota d'Etihad qui n'utilise pas tous ses droits. Dont acte, le titre de l'article est peut être un peu provocateur. Mais Air France s'agace et il reste, explique La Tribune qu'il y a quelques incohérences dans la décision : "Accorder davantage de vols à Emirates, qui plus-est en plein pendant les Assises du transport aérien censées prendre des mesures pour améliorer la compétitivité du transport aérien français. Le Gouvernement aurait voulu donner du grain à moudre à tous ceux dénoncent l'absence de stratégie de l'Etat en matière de transport aérien qu'il ne s'y serait pas pris autrement".