Train, avion, bus, VTC… les prévisions de trafic, les solutions alternatives

Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État chargé des Transports, a détaillé ce mercredi le plan de transport mis en place durant le mouvement social à venir. Au regard des importantes perturbations prévues, le gouvernement a souhaité « mobiliser tous les opérateurs publics et privés », a -t-il indiqué dans le cadre du point presse.

- Publicité -

Des moyens alternatifs sont mis en place ou dynamisés. Au total, 500.000 voyages par jour devraient être assurés grâce à des moyens de transports alternatifs, a estimé Catherine Guillouard, présidente de la RATP, «soit l’équivalent d’une ligne de métro», citant l’autopartage, les VTC, les taxis et moto-taxis, les voitures, scooters trottinettes et vélos en free-floating… Sans oublier des cars Macron en plus grand nombre, dont certains relieront Saint-Denis à Massy. Des sociétés se sont par ailleurs engagées à faire des efforts pour mieux répondre au surcroît de demande ou aux conséquences de la grève, dont les parkings, les espaces de co-working, les consignes, les entreprises de transports de colis entre particuliers, les boutiques de réparation et d’assistance vélos, les spécialistes du transport touristique…

Voici les prévisions et anticipations par secteur de transport :

Avion : La DGAC a invité les compagnies aériennes à annuler 20% de leurs capacités ce jeudi au départ et à l’arrivée de plusieurs aéroports (Paris-Orly, Paris-CDG, Beauvais, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux), en raison du préavis de grève (les 5, 6 et 7 décembre) de l’USAC CGT, deuxième syndicat chez les contrôleurs aériens. Air France a annoncé qu’elle annulait demain jeudi 30% de ses vols intérieurs, 15% de ses vols moyen-courrier mais a-priori pas ses vols long-courriers. EasyJet supprime pour sa part 233 vols intérieurs et moyen-courrier, dont 70 touchent le Royaume Uni. Mais elle n’a pas précisé le pourcentage de ses vols supprimés.

Train : La circulation ferroviaire sera très fortement perturbée sur l’ensemble du réseau SNCF ce jeudi. Seuls rouleront environ 10% des trains, avec des différences selon les régions. Notre article Trafic SNCF : les prévisions détaillées pour jeudi fait le point sur les transiliens, RER, TER, Intercités, TGV et autres lignes internationales, et les prévisions sur les principaux axes.

Métro : les lignes automatiques 1 et 14 fonctionneront (mais seront probablement saturées), ainsi qu’un certain nombre de RER sur les lignes A et B et de métros sur les lignes 4, 7 et 9 partiellement aux heures de pointe. Est également prévue la circulation d’un bus sur trois sur les réseaux RATP.

VTC : Le gouvernement invite les 28 000 VTC à se mobiliser dès ce jeudi matin. Ils seront plus chers pendant la grève. On sait qu’ils peuvent fixer les tarifs à leur convenance, au gré de l’offre et de la demande. L’État leur a demandé de se limiter à deux à trois fois les tarifs habituels. Kapten a dit qu’elle ferait un effort et que les tarifs ne pourraient pas dépasser trois fois le montant habituel. Bolt fera un peu mieux encore en limitant la majoration à 2,9 fois. Uber a fini par accepter l’idée d’un plafond mais n’a pas indiqué le montant limite…  De là à penser que le vétéciste espère ainsi que les chauffeurs préféreront travailler avec lui plutôt qu’avec un autre, même si cela se fait au détriment des clients…. A noter que certains opérateurs dont Marcel et Bolt proposeront des codes promo, dévoilés sur leurs réseaux sociaux (ce jeudi matin chez Bolt).

Bus : Entre quinze et vingt «cars Macron» circuleront entre Saint-Denis et Massy, desserviront Paris intra-muros et seront gratuits. Flixbus, l’opérateur en charge de cette navette, n’est toutefois pas sûr d’être opérationnel ce jeudi, et pense plutôt à un début d’activité vendredi. Le nombre de Cars Macron sera par ailleurs augmenté partout en France sur les longues distances.

Taxis et motos-taxis : Les taxis se sont engagés à « favoriser les courses partagées », soit la prise en charge de plusieurs clients sur une même course. Leurs tarifs étant réglementés, il n’y aura aucune majoration. La fédération des moto-taxis (FNDTR) a pour sa part annoncé que les courses ne seront pas surfacturés ; mais les carnets de réservation des 450 motards travaillant en Île-de-France seraient déjà pleins…

Covoiturage : Un dispositif est mis en place en Île-de-France permettant aux passagers de voyager gratuitement ; les conducteurs seront defrayés à hauteur de 4 euros par trajet. Dans les autres métropoles, des plateformes telles BlaBlaCar subventionneront elles mêmes les conducteurs à hauteur de 2 euros par trajet.

Bateau : Le service de navette sur la Seine est renforcé avec une dizaine de bateaux-bus supplémentaires.