Brésil : vers une fermeture des frontières ?

Face à la situation hors de contrôle au Brésil et son variant, les passagers en provenance du pays inquiètent. Jean-Baptiste Djebbari a cependant tenu à rappeler qu’une fermeture des lignes aériennes n’était pas à l’ordre du jour. 

A ce jour, un simple test PCR est nécessaire pour se rendre en France avec, à l’arrivée, un potentiel test antigénique. «Le Conseil d’État nous a dit que les ressortissants français et les résidents en France, au nom de la liberté de circulation, devaient pouvoir continuer à venir», a rappelé le ministre. Il conclut par ailleurs qu’il trouve «disproportionné d’exiger un motif impérieux aux Français qui souhaitent rentrer en France, car l’impact de ces déplacements est mineur sur la propagation de l’épidémie de Covid-19». 

De ce fait, les lignes entre le Brésil et la France resteront ouvertes jusqu’à nouvelle ordre. Si l’exécutif assure avoir renforcé ses contrôles et que cela concerne désormais seulement « 50 passagers hebdomadaires par jour à Roissy », la quarantaine n’est toujours pas imposée aux voyageurs en provenance du pays. En Europe, deux pays ont pourtant d’ores et déjà stoppé totalement leurs vols avec le Brésil : le Portugal et le Royaume-Uni. 

Mise à jour : Face à la gronde du corps médical et l’incompréhension de l’opposition, Jean-Castex a annoncé aujourd’hui à 16h la suspension provisoire des vols entre la France et le Brésil. « Toute personne doit présenter un test négatif à l’embarquement, un test négatif et une période d’isolement de 10 jours », a déclaré le Premier ministre. Avant d’annoncer : « Nous constatons que la situation s’aggrave et nous avons donc décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France ».