Et maintenant la Chine peut s’attaquer à Boeing et Airbus

Présenté comme le concurrent chinois de l’Airbus A320 et du Boeing 737, l’avion chinois C919 vient de participer, il y a quelques jours, à un show aérien. Une façon d’indiquer aux clients que le carnet de commande est ouvert et que les premières livraisons pourraient se faire sans tarder.

Après son vol inaugural le 5 mai 2017, l’avion C919 semble désormais prêt à démarrer sa carrière commerciale. Avion monocouloir, le C919 pourra transporter jusqu’à 190 passagers dans une configuration de fonctionnement normal et dispose d’un rayon d’action de 5500 km..

Cet appareil moyen-courrier se positionne sur un marché régional en plein essor. Dans un rapport publié en 2019 Boeing indiquait que d’ici 2038, la Chine aura besoin de 5 960 nouveaux avions à couloir unique utilisés prioritairement sur les routes intérieures et régionales, représentant 74% de toutes les livraisons.

A ce jour, le C919 ferait déjà l’objet de 815 commandes de la part de 28 entreprises, dont 27 chinoises. Actuellement, seulement 6 C919 seraient en phase de test et l’assemblage des éléments venant hors du pays seraient ralenti par la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Un retard qui ne devrait pas déplaire à Boeing et Airbus peu pressés de voir arriver un nouveau challenger prêt à attaquer leur position dominante sur le marché de l’aviation commerciale.

Mais les Européens et les Américains ont cependant des intérêts dans l’affaire.  le biréacteur est équipé de moteurs Leap 1-C conçu par Safran et Général Electric via une entreprise commune, CFM International. Le groupe a même obtenu que ces moteurs ne soient pas assemblés en Chine, mais en partie en France sur le site de Villaroche (Seine-et-Marne) et aux Etats-Unis. Enfin, Zodiac est également impliqué dans le projet. Le groupe fournit les toboggans d’évacuation, les équipements de la cabine de pilotage, la porte blindée du cockpit, les cuisines et les toilettes.