Telegram vise 1 milliard d’utilisateurs à la fin 2024

1027

Le contexte géopolitique instable semble contribuer au succès de Telegram, qui se propage “comme un feu de forêt”, selon les propos de son fondateur, Pavel Durov, partagés dans une rare interview vidéo diffusée sur X, anciennement Twitter. Celui qui ambitionne de faire de son application de messagerie cryptée une “plateforme neutre” estime qu’il réunira 1 milliard d’utilisateurs d’ici la fin de l’année 2024 marquée par plusieurs échéances électorales d’envergure.

Il y a quelques semaines, Déplacements Pros tirait la sonnette d’alarme en attirant l’attention des voyageurs d’affaires sur la sécurité des télécommunications après la parution dans la presse de l’affaire des écoutes allemandes par la Russie. L’occasion de rappeler quelques-unes des bonnes pratiques en la matière afin d’éviter d’exposer des données d’entreprises potentiellement sensibles à des oreilles malveillantes. Plusieurs experts de la sécurité ont ainsi rappelé la simplicité que revêt l’utilisation d’une application de messagerie cryptée dont la plupart est accessible gratuitement sur le marché. Un positionnement qui ne séduit pas uniquement les voyageurs d’affaires mais aussi des utilisateurs soucieux de protéger leur vie privée.

> A lire aussi : Pourquoi l’affaire des écoutes allemandes doit-elle alerter les voyageurs d’affaires ?

Et si l’américaine Whatsapp, appartenant au géant Meta, peut se targuer de réunir 2 milliards d’utilisateurs, elle n’est pas la seule à séduire les populations. En effet, dans une rare interview vidéo partagée sur X, anciennement Twitter, Pavel Durov, le fondateur et propriétaire de Telegram, fait part du succès croissant de son application auprès des utilisateurs. L’entrepreneur russe, dont l’application réunit pas moins de 900 millions d’utilisateurs actifs chaque mois, indique que Telegram se propage comme “un feu de forêt” auprès du journaliste Tucker Carlson. « Nous dépasserons probablement le milliard d’utilisateurs actifs mensuels d’ici un an », estime Pavel Durov.

Telegram veut rester « neutre »

A l’heure où les tensions géopolitiques se multiplient dans plusieurs régions du globe, Telegram souhaite rester une “plateforme neutre”, assure son fondateur. En cette année électorale, marquée notamment par le scrutin européen et l’élection présidentielle américaine, l’enjeu de la neutralité est d’autant plus stratégique pour Telegram.

A mesure que l’entreprise élargit sa base d’utilisateurs, elle se rapproche également du seuil de rentabilité. Une fois celui-ci atteint, la société entièrement détenue par son fondateur pourrait effectuer son introduction boursière aux Etats-Unis, selon nos confrères du Financial Times.