TOTEC22 – « La stratégie RSE est un critère qui ne se substitue pas à la profitabilité d’une entreprise »

173

Comment la stratégie RSE est-elle évaluée par les banques et fonds d’investissement ? C’est à cette problématique qu’ont tenté de répondre Julien Meir, Directeur chez Montefiore Investment et Morgann Lesné, Associé chez Cambon Partners, lors de l’édition 2022 du TOTEC.

« Depuis 24 mois, la RSE est au cœur de la stratégie des grandes entreprises, pour les moyennes cela date de l’année dernière et pour les petites c’est en train d’arriver », explique Morgann Lesné. Selon lui, les employés, notamment les jeunes, exigent des engagements de la part de leur entreprise et la RSE fait partie intégrante de la marque employeur.

Investir dans les ressources humaines

Et le principal investissement se fait tout d’abord sur la partie RH : « La stratégie RSE doit être incarnée et pilotée par une personne dédiée afin de faire vivre cette initiative. On observe également que de nombreuses entreprises investissent dans des outils de suivi de l’empreinte carbone, de compensation ou bien encore sur la partie salaire pour assurer une égalité salariale », ajoute-t-il. Sans surprise, le Covid a eu un impact assez net sur la mise en lumière du duty of care people mais aussi planet. « Les niveaux de précisions en la matière ont été élevés de plusieurs grades et en plus de l’humain, on souhaite aujourd’hui prendre soin de notre planète ». La  RSE serait-elle en passe de devenir le critère le plus important, devant l’économique, pour les fonds d’investissement ? « Il est nécessaire d’être sur un très haut niveau dans tous les domaines, y compris RSE mais pas que…Dans le monde dans lequel on vit le critère financier est encore très important. Mais il y a de plus en plus d’entreprises qui mettent sur un pied d’égalité profit et people/planet », concède Morgann Lesné.

Préserver le rendement 

Pour Julien Meir, le plan RSE est désormais pris en considération dans l’étude des dossiers lors des demandes de financement, ce qui n’était pas le cas auparavant. « La stratégie RSE fait partie prenante de notre grille de lecture mais ce critère ne se substitue pas (encore) à la profitabilité d’une entreprise ou à son business model », déclare le directeur de Montefiore Investment. Un critère parmi tant d’autres, qui à ce jour ne les dépasse pas. « L’engouement autour de la RSE est un engouement forcé puisque des réglementations sont désormais imposées. Ce que nous regardons avant tout sont les actions concrètes mises en place et non pas seulement des initiatives d’intention. Notre rôle à nous est d’aider les entreprises là-dessus et à les accompagner pour établir leur feuille de route », conclut-il. Tout en préservant le rendement…