Accor : de lourdes pertes mais des signes tangibles de reprise

Accor est très impacté par la crise sanitaire et ses résultats de 2020 sont mauvais (2 milliards d’euros de pertes). Mais le groupe hôtelier français présente un bilan rassurant et consolide sa position de leader dans le lifestyle.

A l’instar de l’industrie hôtelière mondiale, Accor a traversé en 2020 une crise sans précédent. D’abord quelques chiffres. Le groupe hôtelier français a enregistré un résultat net part de groupe de – 1,98 milliard d’euros (+ 464 millions en 2019). Ce chiffre résulte, pour partie, d’une combinaison de pertes opérationnelles et de dépréciations d’actifs, notamment liées à sbe, Huazhu et bien sûr AccorInvest (pour 390 millions d’euros), son ancien pôle immobilier et exploitant de près de 900 de ses hôtels dans 28 pays, dont il détient toujours 30% du capital.

Le chiffre d’affaires du groupe s’est établi à 1,6 milliard d’euros, en baisse de 54,8% à périmètre et change constants. Sa dette nette s’est élevée à 1,35 milliard d’euros, stable par rapport à l’année précédente, équilibrée à la fois par des cessions et des acquisitions. Son RevPAR – l’indicateur phare du secteur, correspondant au prix de vente moyen d’une chambre X taux d’occupation moyen – est en baisse de 62 % en 2020 (- 88,2% au deuxième trimestre). Au quatrième trimestre, sa baisse est de – 66,2%, plus prononcée en Europe (- 73%) que dans d’autres régions – et notamment en Asie-Pacifique – où la reprise est progressive.

En France, le RevPAR est en baisse de 57,6%, avec un troisième trimestre encourageant tiré par la province, puis un essoufflement au quatrième trimestre lié bien sûr au second confinement. Paris reste largement impactée par le manque de visiteurs étrangers. Mais l’absence des touristes et des voyageurs d’affaires touchent durement d’autres capitales majeures, dont Londres.

Dans le même temps, Accor a pris des mesures pour limiter l’impact de la crise sanitaire. Il a ainsi consolidé sa position de leader dans le lifestyle, s’est rapproché d’Ennismore au travers de la création d’une entité dédiée regroupant douze marques, signé un partenariat stratégique avec la marque Faena, acquis la participation résiduelle de 50% dans 25 hours….

> Lire aussi : Accor et Ennismore créent le plus grand acteur mondial de l’hôtellerie lifestyle

Le groupe a ouvert 205 hôtels l’an dernier, représentant près de 30 000 chambres. À fin décembre 2020, il disposait d’un parc hôtelier de 753 000 chambres (5 139 hôtels) et d’un pipeline de 212 000 chambres (1 209 hôtels) localisé à 73% dans les marchés émergents. Toujours fin décembre, 82% des hôtels du Groupe étaient ouverts, soit plus de 4 000 unités.

Quelles initiatives et perspectives pour 2021 ? Côté finances, outre ses mesures de refinancement, Accor a mis en place un plan d’économie de coûts récurrents de 200 millions d’euros. Son Conseil d’Administration va par ailleurs proposer, lors de la prochaine Assemblée Générale des Actionnaires du mois d’avril, de ne pas verser de dividende. Côté activité, le groupe table plutôt cette année sur un rebond progressif du tourisme, lié bien sûr au rythme de déploiement des campagnes de vaccination. La reprise de l’activité affaires sera plus tardive. Au global, Accor table sur un retour aux niveaux d’activité d’avant crise en 2024.