Covid-19 – De nouvelles frictions pour les voyageurs d’affaires

La possibilité de voyager a longtemps été considérée comme un avantage professionnel important, qui a même influencé la décision dans le choix d’un poste. Mais la pandémie de Covid-19 vient changer la donne.

Aussi merveilleux que soient les voyages d’affaires, on ne peut cependant pas ignorer le fait qu’ils peuvent provoquer de nombreuses frictions s’ils ne sont pas gérés correctement. Cela est particulièrement vrai aujourd’hui, alors que nous nous trouvons au cœur de la pandémie de Covid-19 et que la santé et la sécurité sont plus préoccupantes que jamais. 

Mais qu’est-ce exactement que la « friction des voyageurs » ? Quelles en sont les causes ? Comment les entreprises peuvent-elles la réduire ? Et surtout, pourquoi est-il si important qu’elles le fassent ? On estime que chaque fois qu’un individu voyage pour affaires, il perd en moyenne 6,9 heures de productivité en raison du stress et des désagréments qu’il subit en cours de route.

Lorsque l’on planifie un voyage d’affaires, il faut surtout veiller à ce que l’employé éprouve un maximum de satisfaction – mais il faut aussi veiller, dans le même temps, à ce qu’il subisse un minimum de stress. Vous pourriez penser que les deux sont interchangeables, mais selon Oz Desai, l’un des dirigeants de Corporate Traveller, une entreprise néo-zélandaise d’expertise dans les voyages, ce n’est pas le cas.

Interrogé par le site sud-africain d’informations économiques, bizcommunity.com, Oz Desai indique que « Ce n’est pas parce qu’un voyageur d’affaires s’envole pour une belle plage et va siroter des cocktails entre deux conférences qu’il ne subira pas un stress et une fatigue énormes lorsqu’il devra attendre sa correspondance pendant plusieurs heures après l’atterrissage. De plus, ce n’est pas parce qu’ils se lancent dans une aventure d’escalade à forte dose d’adrénaline après avoir rencontré de nouveaux partenaires commerciaux potentiels, qu’ils ne sont pas accablés par les inquiétudes liées au contact avec le Covid-19″.

En bref, les frictions des voyageurs font référence aux conséquences physiques et mentales que les voyages d’affaires peuvent avoir sur un employé. Les frictions des voyageurs peuvent être exacerbées lorsqu’une personne voyage trop souvent ou lorsque le voyage d’affaires en question n’a pas été efficacement optimisé pour permettre une expérience simplifiée du début à la fin.

Atténuer les frictions des voyageurs signifie faire un effort supplémentaire pour maximiser le confort et la commodité, tout en réduisant les inquiétudes. Cela ne doit pas nécessairement signifier un dépassement de budget.

« Cela signifie simplement qu’il faut prêter attention à tous les détails, des horaires de vol à l’examen des différents protocoles de sécurité utilisés par les fournisseurs de voyages choisis et, par conséquent, s’assurer que le devoir de diligence de la compagnie est correctement rempli« , explique M. Desai.

Dans un monde envahi par le Covid-19, un tout nouveau facteur est entré en jeu concernant les frictions des voyageurs. Les employés se retrouvent face à des émotions accrues, à la peur de l’inconnu et à des inquiétudes concernant leur santé. Le fait que les voyages d’affaires – ou tout autre voyage, d’ailleurs – ne soient plus autorisés depuis quelques mois n’arrange pas non plus la situation. Il faudra du temps aux employés pour se sentir suffisamment confiants pour prendre l’avion à nouveau. Même les voyages à l’intérieur du pays nécessiteront sans doute un certain temps d’adaptation.

Les entreprises peuvent contribuer à atténuer ces nouvelles causes de friction en faisant appel à des experts pour les aider à naviguer prudemment sur la voie à suivre.

À une époque où il est essentiel de maintenir les dépenses à un faible niveau, les entreprises doivent également éviter de perdre de vue ce qui compte le plus : s’assurer que leurs employés restent une priorité absolue. Après tout, des employés heureux conduisent généralement à des clients heureux et à des voyages d’affaires plus réussis et plus productifs. Trouver cet équilibre insaisissable entre coût et confort nécessitera du travail et des recherches, mais les dirigeants d’entreprises peuvent être assurés que les résultats en valent la peine.