Covid-19 : Les low-cost ont mieux résisté que les compagnies aériennes traditionnelles

738

Les compagnies aériennes à bas prix ont pu mieux s’adapter à ce panorama d’incertitudes car elles sont moins exposées au trafic international longue distance, qui a été sérieusement altéré par la crise sanitaire, selon une étude de l’UOC (Université Ouverte de Catalogne) analysant les effets à long terme des compagnies aériennes à bas prix sur les aéroports européens.

Les données montrent qu’au deuxième trimestre de cette année, la baisse des recettes des compagnies aériennes a atteint 80 % par rapport à 2019, avec un arrêt presque total de la flotte de passagers, selon les chiffres de l’Association internationale du transport aérien (IATA).

« COVID-19 a provoqué la plus grande crise de l’histoire de l’aviation. Pour 2020, l’industrie aérienne connaîtra une baisse de plus de 50 % de l’offre de sièges, près de 3 000 millions de passagers en moins et 400 000 millions de dollars de pertes de revenus« , estime Pere Suau-Sánchez, chercheur principal du groupe SUMA (Sustainability and Management Research Group), du département d’études économiques et commerciales de l’Universitat Oberta de Catalunya (UOC), et expert en transport aérien interrogé par EuropaPress.

Bien que ces données concernent l’ensemble du secteur, les compagnies aériennes à bas prix ont prouvé qu’elles s’adaptaient mieux à ce panorama d’incertitudes. Selon l’étude, ces compagnies aériennes ont été plus résistantes que les compagnies traditionnelles, car elles sont moins exposées au trafic international longue distance, qui a été sérieusement altéré par la crise sanitaire.

En fait, la diminution des sièges offerts en mars et avril 2020 a été beaucoup plus prononcée dans les compagnies aériennes traditionnelles que dans les compagnies à bas prix, tandis que la tendance à la reprise, suite à la levée des restrictions de voyage, est similaire dans les deux types de compagnies.

« Les compagnies aériennes à bas prix opèrent sur des marchés régionaux (intracontinentaux) et sont donc moins exposées à la dynamique des marchés à long terme (intercontinentaux), qui ont été les premiers à fermer début février et ont été les plus inactifs dans la reprise en raison des restrictions imposées par le gouvernement« , explique le chercheur de l’UOC.