De nombreuses compagnies aériennes menacées de faillite, prévient l’Iata

Les compagnies aériennes du monde entier font face à une hémorragie de liquidités à un rythme d’environ 300 000 dollars par minute, soit 13 milliards de dollars par mois, ce qui pourrait acculer à la faillite de larges pans de l’industrie en quelques mois, prévient l’IATA, l’Association internationale du transport aérien.

Avec des niveaux de trafic qui devraient rester faibles jusqu’en 2021, l’IATA pense que les transporteurs continueront à brûler de l’argent l’année prochaine, à un rythme de 5 à 6 milliards de dollars par mois, collectivement – même en supposant qu’un vaccin Covid-19 soit découvert. L’association a revu à la baisse ses estimations concernant le nombre de passagers-kilomètres payants et prévoit désormais que le trafic de décembre sera inférieur de 68 % à celui de l’année dernière, contre une réduction de 55 % prévue en juillet. Elle ne prévoit pas de retour à la rentabilité du secteur avant 2022.

« La crise est de plus en plus longue et profonde que personne n’aurait pu l’imaginer« , déclare le directeur général de l’IATA, Alexandre de Juniac. « Et les premiers programmes de soutien s’épuisent. Aujourd’hui, nous devons à nouveau tirer la sonnette d’alarme. Si ces programmes de soutien ne sont pas remplacés ou prolongés, les conséquences pour une industrie déjà entravée seront désastreuses ».

En examinant les liquidités disponibles des transporteurs dans leurs rapports semestriels jusqu’à la fin juin, l’IATA a constaté qu’en moyenne, les compagnies aériennes disposaient d’un financement suffisant pour durer seulement huit mois et demi, ce qui les amène à la mi-février 2021.

Les nombreux transporteurs qui ne sont pas en mesure de se procurer des liquidités sur les marchés risquent d’être à court de liquidités bien avant cela.

Et cela ne risque pas de s’arranger si l’on considère que les transporteurs ont vu leurs revenus diminuer d’environ 80 %, les coûts n’ont baissé que de 50 %, car les coûts des avions et du personnel sont difficiles à réduire. 

L’IATA appelle maintenant les gouvernements à fournir une aide financière d’urgence. « Le soutien des gouvernements pour l’ensemble du secteur est nécessaire« , dit Alexandre de Juniac. « L’impact s’est étendu à toute la chaîne de valeur du voyage, y compris à nos partenaires des aéroports et des infrastructures de navigation aérienne qui dépendent des niveaux de trafic d’avant la crise pour maintenir leurs opérations ».

L’absence d’investissement dans le secteur menace non seulement l’industrie aéronautique, mais aussi les 10 % de l’activité économique mondiale qui y sont liés, affirme-t-il. Ensemble, l’aviation soutient 46 millions d’emplois dans le monde et 1,8 trillion de dollars d’activité économique, selon les estimations de l’IATA.