Edouard Philippe : un déconfinement pour éviter « l’écroulement » du pays

942
Edouard Philippe : un déconfinement pour éviter
Ph. Albert Facelly

Le Premier ministre a présenté un plan de déconfinement qui se déroulera en deux phases principales, différenciées selon les territoires, qui mettra à contribution les autorités locales. Les déplacements seront "découragés" et les usagers de transports publics devront porter un masque.

Un ton solennel pour annoncer la sortie d'un confinement, "phase nécessaire", mais qui, s'il devait durer produirait des effets "délétères" jusqu'à "l'écroulement" du pays. C'est sur cette mise en garde que le Premier ministre Edouard Philippe a commencé son allocution devant les 75 députés (distanciation sociale oblige) réunis à l'Assemblée nationale ce mardi 28 avril.

Un déconfinement qu'Edouard Philippe présente comme une "ligne de crête" entre prudence et nécessité de faire repartir le pays et qui se fera "prudemment, progressivement mais aussi résolument". Il se fera aussi avec la certitude que "nous allons devoir vivre avec le virus", la conscience du "risque de voir repartir l'épidémie" et la prise en compte de situations locales contrastées, d'où la "possibilité (faite) aux autorités locales - maires, préfets, d'adapter les mesures nationales".

Il se fera en outre sous le triptyque opérationnel "protéger, tester, isoler". Protéger par la continuation du respect des gestes barrières, de la "distanciation humaine" et du port du masque obligatoire dans certaines situations. A ce titre, le Premier ministre "invite les entreprises à équiper leurs salariés en masques". Tester : l'objectif est de pratiquer 700.000 tests par semaine sur les personnes symptomatiques et les personnes qu'elles ont fréquentées. A noter que ce chiffre de 700.000 est le produit de trois facteurs : après le confinement, jusqu'à 3.000 infections quotidiennes pourraient être constatées ; chacune de ces personnes infectées fréquenteront 25 personnes ; le tout ramené à une semaine. 3.000 x 25 x 7 = 525.000, avec une marge de sécurité : 700.000. Isoler, enfin, les porteurs du virus, soit à domicile avec leur famille, soit dans des hôtels réquisitionnés.

Ce déconfinement du 11 mai est cependant soumis à ce qu'à cette date, la circulation du virus soit sous contrôle. Il se fera de manière différenciée, selon les départements - verts ou rouges (déconfinement plus strict), selon les situations locales en fonction, notamment, du nombre d'infections et du taux d'occupation des hôpitaux du territoire considéré. Enfin, il constituera une première phase qui s'achèvera fin mai. Un bilan en sera fait à cette date et d'autres mesures seront prises. La seconde phase débutera le 2 juin.

Pour l'heure, ce qu'a confirmé le Premier ministre :

  • Les écoles maternelles et primaires rouvriront le 11 mai d'une façon progressive, avec 15 élèves par classe. Les collèges pourront rouvrir dans les départements "verts" le 18 mai. Pour les lycées, une décision sera prise le 2 mai.
  • Les entreprises seront encouragées à maintenir le télétravail quand c'est possible. Quand ce n'est pas le cas, elles seront incitées à créer les conditions rendant possibles les gestes barrières et à mettre en place des horaires échelonnés.
  • Les transports sont considérés comme "un dispositif clé dans la reprise de la vie économique (...) mais qui se heurte à la difficulté d'y respecter la distanciation humaine". Pour les transports urbains, l'objectif est double : augmenter l'offre (70 % du trafic RATP le 11 mai) et inciter à une baisse de la demande (télétravail et horaires échelonnés). Les déplacements départementaux et inter-régionaux ne se feront que pour des "motifs familiaux et professionnels impérieux".
  • Les événements réunissant 5.000 personnes et plus ne pourront se tenir avant le mois de septembre.

A noter que trois questions qui suscitaient beaucoup d'attentes et de débats sont renvoyées à plus tard :

  • Le système de traçage StopCovid, parce qu'il n'est pas encore opérationnel et qu'en conséquence, le débat autour de son déploiement est prématuré. Quand l'application sera prête, sa mise en place fera l'objet d'une discussion à l'Assemblée, suivi d'un vote.
  • La date de réouverture des bars, cafés et restaurants ne sera décidée qu'à la fin de la phase 1 du déconfinement, soit à la fin mai.
  • Celle des hôtels n'a pas été évoquée. Même absence de perspective sur l'ouverture des frontières ou la reprise du transport aérien.