Enquête GBTA : la reprise des voyages d’affaires est en vue

Au cours des derniers mois, l’industrie mondiale du voyage d’affaires a subi un sérieux coup d’arrêt, mais selon la dernière étude publiée par la Global Business Travel Association (GBTA), des signes d’optimisme et de reprise se profilent à l’horizon.

Afin de comprendre les effets du coronavirus sur les voyages d’affaires, la GBTA a mené son sixième sondage auprès de ses membres du 17 au 22 avril 2020. Des réponses de près de 1 600 entreprises membres dans le monde entier lui sont parvenues. 

« L’industrie mondiale du voyage d’affaires reste au point mort, mais nous commençons enfin à voir un peu de lumière au bout de ce très long tunnel« , a déclaré Scott Solombrino, PDG du GBTA. « Les membres du GBTA planifient leurs plans de récupération post-coronavirus et la plupart d’entre eux prévoient d’être opérationnels en 2020. C’est un signe positif. La majorité des entreprises membres de la GBTA s’attendent à ce que les voyages d’affaires nationaux reprennent au cours des deux ou trois prochains mois et la plupart d’entre elles prévoient que leurs employés seront prêts à voyager. Nous attendons depuis longtemps que l’optimisme règne autour de la pandémie dans notre industrie, et elle devrait continuer à se développer alors que nous nous rapprochons de l’arrêt de la propagation de cette maladie« .

Parmi les principales conclusions du sondage, citons :

– La plupart des entreprises prévoient un plan de relance en 2020. Un tiers (35 %) des membres de la GBTA déclarent qu’ils prévoient un plan de récupération post-coronavirus de leur entreprise dans trois mois ou moins, tandis qu’un quart (27 %) déclarent qu’ils prévoient une récupération post-coronavirus dans 6 à 8 mois. En outre, seul un membre sur dix prévoit une récupération en 2021, tandis qu’un sur quatre (28 %) déclare ne pas savoir.

– Parmi les membres de la GBTA qui déclarent que leur entreprise a annulé au moins quelques voyages d’affaires nationaux, six sur dix (62 %) disent qu’ils s’attendent à ce que les voyages nationaux reprennent dans les 2 ou 3 prochains mois. Un membre sur cinq déclare qu’il s’attend à ce que les voyages intérieurs reprennent dans les 6 à 8 prochains mois (18 %) ou n’est pas sûr (19 %).

Les membres européens de la GBTA (74 %) sont plus susceptibles que les membres basés en Amérique du Nord (58 %) de s’attendre à ce que les voyages d’affaires intérieurs reprennent dans les 2 ou 3 mois à venir. En outre, les membres basés en Amérique du Nord (21 %) sont plus susceptibles d’être incertains de la date de reprise des voyages d’affaires intérieurs que les membres basés en Europe (12 %).

Huit membres européens sur dix s’attendent à ce que les voyages d’affaires internationaux reprennent dans 2-3 mois (33%) ou 6-8 mois (47%). Les deux tiers des membres de la GBTA en Amérique du Nord s’attendent à ce que les voyages internationaux reprennent dans 2 à 3 mois (26 %) ou dans 6 à 8 mois (38 %).

– Une majorité des membres de la GBTA (88 %) s’attendent à ce que les employés soient prêts à voyager une fois les restrictions levées. Les membres de la GBTA d’Amérique du Nord (90 %) sont plus susceptibles que les membres d’Europe (83 %) de s’attendre à ce que leurs employés soient prêts à voyager une fois les restrictions levées.

Si l’on examine ce qu’il faudra aux membres de la GBTA pour se sentir à l’aise avec les employés qui voyagent pour affaires, de nombreuses ressources d’information sont perçues comme importantes, notamment : une baisse des nouveaux taux d’infection (92 %), la levée des restrictions ou des avis de voyage par les gouvernements (91 %), des directives ou des déclarations d’organismes de santé publique tels que l’OMS ou les Centers for Disease Control (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) (90 %), des traitements antiviraux efficaces (89 %), la suppression des mesures de confinement au domicile (88 %), un nouveau vaccin contre le coronavirus développé et mis à la disposition des employés (85 %), les conseils d’une entreprise ou d’un consultant en gestion des risques (comme International SOS ; 60%), et d’autres entreprises autorisant les voyages (49%).

– Un acheteur sur cinq note que son entreprise a réduit son personnel ou l’a licencié (21 %), mis à pied (21 %) ou réduit les salaires de ses employés (20 %) en raison du coronavirus.

Un optimisme variable quant à la reprise de l’industrie

Un membre fournisseur de la GBTA sur cinq (19 %) se dit plus optimiste que la semaine dernière, tandis que six sur dix (57 %) disent qu’ils sont du même avis que la semaine dernière. Un quart (24 %) se dit plus pessimiste que la semaine précédente quant à la voie de la reprise.

– Les membres fournisseurs de GBTA notent que les réservations des entreprises clientes sont restées les mêmes (41%) ou ont diminué (49%) au cours de la semaine écoulée.

– Certains membres indiquent que leur entreprise autorise certains déplacements essentiels. Un tiers (35 %) déclarent que leur entreprise a annulé ou suspendu tous les voyages non essentiels mais autorise certains voyages essentiels.

– Le sentiment des membres de la GBTA varie concernant l’impact de Covid-19 sur l’industrie. Lorsqu’on les interroge sur les licenciements et les congés dans le secteur du voyage d’affaires, quatre sur dix estiment que le pire est déjà arrivé (42 %), tandis qu’un nombre égal d’entre eux pensent que le pire est à venir (41 %). Les membres de la GBTA en Amérique du Nord sont plus nombreux à penser que le pire est déjà arrivé en matière de licenciements et de congés (47 %) que les membres basés en Europe (30 %).

Il y a plus de consensus lorsqu’on pense aux vols annulés, trois membres de l’association sur quatre (77%) déclarant que le pire est déjà arrivé, contre un sur dix (15%) qui pense que le pire est encore à venir.

– Six membres de la GBTA sur dix (62%) estiment que le pire est déjà arrivé en ce qui concerne les hôtels qui suspendent leurs activités, contre un sur quatre (26%) qui pense que le pire est encore à venir. Les membres de la GBTA basés en Amérique du Nord (64%) sont plus susceptibles de penser que le pire est déjà arrivé en ce qui concerne les suspensions d’activités des hôtels, comparé aux membres basés en Europe (53%).

– Les membres de la GBTA sont plus pessimistes quant à la perte de revenus pour les agences de voyage. Plus de la moitié (56 %) estiment que le pire est à venir en termes de perte de revenus pour l’industrie, tandis qu’un tiers (29 %) pensent que le pire est déjà arrivé.

– Les entreprises membres de la GBTA n’ont pas ouvert de voyages internationaux (98 %) ou nationaux (93 %), car elles continuent d’annuler et/ou de suspendre presque tous les voyages d’affaires, quelle que soit la destination. En fait, presque toutes les entreprises membres de la GBTA (57 %) déclarent avoir suspendu ou annulé tous leurs voyages d’affaires, quelle que soit leur destination.

Les voyages d’affaires suspendus dans le monde entier

Les entreprises continuent d’annuler ou de suspendre presque tous les déplacements, quel que soit le pays ou la région. Les membres de la GBTA déclarent que leurs entreprises ont annulé ou suspendu « tous » ou « la plupart » de leurs voyages d’affaires :

  • Chine – 99 % annulés ou suspendus
  • Hong Kong – 99% annulé ou suspendu
  • Taïwan – 99% annulé ou suspendu
  • Autres pays d’Asie-Pacifique (par exemple, Japon, Corée du Sud et Malaisie) – 99 % annulés ou suspendus
  • Europe – 99% annulés ou suspendus
  • Pays du Moyen-Orient – 98% annulés ou suspendus
  • Amérique latine – 97% annulés ou suspendus
  • Canada – 95% annulé ou suspendu
  • États-Unis – 95% annulés ou suspendus