Hertz se prépare à une faillite potentielle

Après avoir licencié 10 000 employés début avril (25% de ses effectifs), le loueur automobile est aujourd’hui en défaut de paiement et se prépare au pire des scénarios.

Les quarantaines et autres mesures récentes prises afin de lutter contre la pandémie de coronavirus ont porté un coup fatal au secteur des voyages. Et par voie de conséquence, cela a également un effet direct sur les industries connexes, comme la location de voitures. Aujourd’hui, le loueur automobile Hertz serait proche d’une possible faillite, selon le Wall Street Journal (WSJ).

L’argent est au cœur du problème, évidemment. Avec moins de voyageurs et, par conséquent, moins de locations de voitures, des entreprises comme Hertz se retrouvent avec des factures à régler pour des coûts fixes comme le paiement des véhicules. 

Hertz travaille actuellement avec ses principaux prêteurs pour ralentir les paiements pendant que la société s’adapte au marché actuel. Selon une déclaration que Hertz a fournie au WSJ, elle n’a cependant pas encore reçu le soutien nécessaire pour une dispense de paiement.

Hertz détient actuellement une dette de 17 milliards de dollars, dont une majorité écrasante est attribuée aux voiture de sa flotte de location. Hertz, comme ses concurrents tels que Enterprise, a licencié du personnel et a essayé de réunir l’argent nécessaire pour continuer à fonctionner pendant ces périodes de vaches maigres.

Hertz est toujours sous le coup d’une période de grâce de paiement, qui se termine le 4 mai, et à ce moment-là, l’entreprise pourrait devoir prendre d’autres mesures et prononcer sa mise en faillite.