Hôtellerie : retour des clientèles Affaires et MICE en 2022 selon In Extenso

1405

Le retour à la situation d’avant la crise des segments Affaires et MICE dans l’hôtellerie française n’est pas attendu avant 2023 au plus tôt…

La fermeture des frontières, les confinements et autres mesures restrictives mises en place par les États ont précipité la chute des performances hôtelières et fait émerger de nouvelles tendances de consommations. Faute de visibilité, difficile d’avancer des prévisions de reprise du secteur. Un webinaire sur l’impact de la Covid-19 a toutefois permis de dresser quelques perspectives. Pour ce faire, la société de conseil STR s’est basée sur les réponses d’un échantillon de 2 100 hôtels français, indépendants et grands groupes hôteliers. Premier constat, les prochains mois resteront très difficiles, malgré l’arrivée des vaccins, et ce probablement jusqu’à octobre prochain.

Olivier Petit, directeur associé chez In Extenso Tourisme Culture et Hôtellerie, a toutefois tenu à rappeler la résilience du secteur hôtelier, qui a su se réinventer au fil des épisodes de la crise. Il a ensuite décrypté une dynamique de marché différente selon les segments d’hôtel, avec le haut de gamme et les hôtels de grande capacité davantage impactés par l’absence de la clientèle étrangères, des groupes et des MICE.

Il table sur le retour de la clientèle Loisirs à court terme, en profitant de l’importance du marché domestique. Le retour des clientèles Affaires et MICE est en revanche attendue pour 2022, en raison des « nombreuses inerties propres à ce marché » mais aussi du duty of care et des contraintes sanitaires et réglementaires. Le rebond est espéré plutôt au second semestre 2022, et un retour à la normale pour la catégorie haut-de-gamme et les hôtels séminaires en 2023, voire 2024.

Cette reprise dépendra de l’ampleur de l’impact de la crise économique sur les entreprises, lesquelles taillent souvent dans les séminaires quand il s’agit de réduire les dépenses. Certaines d’entre elles souhaiteront également s’en tenir aux formats digitaux (webinaire, Zoom, etc.) pour des raisons économiques mais aussi en raison de l’impact RSE des voyages. Et sur les salons et événements à dimension internationale, la reprise devrait se faire a minima au second semestre de 2022.

Les séminaires peuvent par contre profiter du besoin des entreprises de retisser du lien social. De plus, certains secteurs vont sortir plus forts de la crise, notamment la pharma et le digital. On peut aussi mentionner la Coupe du Monde de Rugby 2023 et les JO de 2024 à Paris dont les effets positifs pourraient être perçus dès 2022.