La Réunion : renforcement du contrôle des motifs impérieux

Alors que la situation sanitaire s’aggrave dans l’île de l’Océan Indien, confrontée notamment au variant sud-africain, une nouvelle plateforme en ligne visant à mieux contrôler les motifs impérieux est désormais active.

Les déplacements au départ et à destination de La Réunion sont interdits depuis quelques semaines, sauf en cas de motif impérieux d’ordre familial, sanitaire ou professionnel. Mais le contrôle des motifs impérieux a souvent été taxée de souple, voire parfois de laxiste. Il sera renforcé à compter du 3 mars pour les vols entre La Réunion et l’Hexagone, et du 27 février pour les vols entre La Réunion et Mayotte. Les voyageurs vers ou au départ de l’île de la Réunion doivent désormais remplir un formulaire en ligne, six jours au plus tard avant la date de leurs vols. Et ils peuvent déjà, depuis ce samedi 20 février, présenter les pièces justifiant du motif impérieux sur une nouvelle plateforme mise en place par la préfecture. Au sein de cette dernière, une cellule de vérification des pièces est désormais active, avec des agents qui s’y relaient sept jours sur sept, appuyés par des experts de la police aux frontières. Cette cellule pourra, dans certains cas tel un décès, accélérer la procédure.

Si le motif impérieux invoqué n’est pas justifié, le passager en est informé au plus tard 48 heures avant l’heure du vol. S’il ne reçoit pas de réponse, il est autorisé à embarquer. Mais son nom devra figurer sur la liste des passagers envoyée aux compagnies aériennes. Muni à l’aéroport de départ des justificatifs et d’un test PCR négatif, il devra observer une septaine à l’arrivée.