Le SCARA demande des éclaircissements sur les nouvelles mesures sanitaires

Le Syndicat des Compagnies AéRiennes Autonomes (SCARA), dans le cadre d’une réunion avec le ministre des Transports, lui a demandé notamment des éclaircissements sur le passe sanitaire.

Une réunion était organisée vendredi dernier par le Ministre délégué chargé des Transports, en présence des compagnies aériennes et des aéroports français. Au cours de cette réunion, le SCARA qui regroupe 50% des compagnies aériennes françaises, basées en métropole et dans les territoires ultra-marins (dont ASL Airlines France, Air Corsica, Air Austral, Air Tahiti Nui, Air Antilles et Air Guyane) ainsi que des sociétés d’assistance aéroportuaire et de formation, a demandé à Jean-Marie Djebbari un éclaircissement « au plus vite » sur un certain nombre de points :
. La définition du périmètre des vols pour lesquels les personnels navigants doivent être titulaires d’un passe sanitaire (vols domestiques ? vols DOM/TOM ? vols internationaux ?).
. Préciser la conduite à tenir vis-à-vis des personnels ne détenant pas de passe sanitaire.
. Le remplacement de la fiche de traçabilité papier renseignée à bord par les passagers par la fiche de traçabilité numérique déjà utilisée par d’autres pays européens.

Le syndicat professionnel, dans un communiqué, s’associe par ailleurs aux autres demandes exprimées lors de la réunion et en particulier :
. La mise en cohérence des exigences applicables aux passagers sur les destinations pour lesquelles la situation sanitaire est équivalente.
. La prise en charge par l’État du coût supplémentaire des mesures de contrôle du passe sanitaire supporté par les compagnies aériennes.

Le SCARA revient enfin sur trois décisions qu’il peine à comprendre dans un contexte de forte baisse du trafic des compagnies aériennes, soit :
. L’Autorité de Régulation des Transports (ART) continue d’homologuer des augmentations de l’ordre de 3% des tarifs des aéroports.
. L’État réclame aux compagnies aériennes 550 millions d’euros de dépenses de sûreté/sécurité sur des vols non effectués et pour une fonction régalienne, qui devrait être prise en charge par l’État.
. Eurocontrol annonce une hausse des redevances de circulation aérienne en 2022 de 44% pour la France.