L’Europe juge disproportionnées les restrictions de circulation de six États

L’UE met en garde l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la Suède et la Hongrie. Dans le même temps, la Pologne durcit les conditions d’entrée sur son territoire…

La Commission européenne, jugeant leurs restrictions de circulation excessives, a donné dix jours aux six États membres concernés pour s’expliquer. Ces pays, en allant jusqu’à interdire l’entrée sur leurs territoires, ont en effet décidé d’aller au delà des conditions de circulation recommandées par l’UE. Or, cette dernière rappelle que les restrictions doivent être «non discriminatoires et proportionnées». En cas de réponse non-satisfaisante des États, la Commission n’exclut pas d’enclencher des procédures d’infractions à leur encontre.

Le ministre allemand des affaires européennes Michael Roth a déjà réagi aux accusations, assurant que son pays respectait les règles de l’espace Schengen et qu’il excluait toute fermeture de la frontière franco-allemande, ajoutant que la situation française était très différente de celles du Tyrol autrichien, de la Slovaquie ou de la République Tchèque.

Varsovie a pour sa part annoncé ce mercredi matin qu’elle s’orientait vers « une limitation des entrées à la frontière« , dans le cadre de nouvelles mesures devant entrer en vigueur samedi au plus tard. Il est vrai que les autorités polonaises s’étaient montré jusqu’à présent plutôt souple en matière d’accès à son territoire. Mais elles anticipent aujourd’hui le pic d’une troisième vague pour la fin mars ou le début avril.