Qantas va imposer la vaccination à ses passagers internationaux

Ses passagers devront être vaccinés sur ses vols internationaux à l’arrivée comme au départ d’une ville australienne, et ce dès qu’un premier vaccin sera disponible.

Les tests étaient jusqu’à présent présentés comme la clé pour la réouverture des vols internationaux, en permettant notamment d’éviter les quarantaines. Mais ils pourraient être supplantés dans les prochains mois par la vaccination.

Qantas est la première compagnie aérienne à sortir du bois. Le transporteur australien vient en effet d’annoncer, ce lundi, que ses passagers devront être vaccinés pour utiliser ses vols internationaux, à l’arrivée comme au départ d’une ville australienne, et ce dès qu’un premier vaccin sera disponible. Alan Joyce, le Pdg de la compagnie, interviewé sur la chaine australienne Channel Nine, pense que cette exigence va devenir «courante» dans le secteur du transport aérien. Selon lui, cette vaccination sera exigée sur les vols internationaux. Mais il a ajouté qu’il réfléchissait encore à sa mise en œuvre sur les vols domestiques.

Certaines compagnies aériennes et gouvernements, dans une démarche proche, pourraient instaurer des carnets électroniques de vaccination. Les campagnes de vaccination vont toutefois prendre du temps. On peut donc penser que les passagers auront le choix entre se faire tester ou vacciner pendant une certaine période. D’ici là, les tests restent la mesure privilégiée sur de nombreuses lignes internationales. Et des corridors sanitaires se mettent en place sur certains axes. Ainsi, des transporteurs tels Lufthansa et Alitalia testent actuellement des « vols sans covid » sur quelques lignes. EasyJet a pour sa part déjà annoncé qu’elle n’imposerait pas la vaccination sur ses vols, selon le Financial Times.

On notera enfin la démarche du gouvernement chinois, qui souhaite la mise en place mondiale d’un mécanisme basé sur les QR codes pour les vols internationaux, afin de pouvoir contrôler l’état de santé des voyageurs. Une initiative qui interpelle déjà sur l’usage de ce contrôle quand on connait la nature du régime…