Thalys assurera 20% de son activité dès le 9 juin

La compagnie ferroviaire a adopté toutes une série de mesures sanitaires, dont le port du masque obligatoire.

- Publicité -

Thalys va prolonger jusqu’au 8 juin inclus son plan de transport actuel, consistant en un aller-retour Paris-Bruxelles et un aller-retour Bruxelles-Amsterdam par jour. Dès le lendemain et jusqu’au samedi 11 juillet, il est prévu que la compagnie aux trains rouges remette en circulation 20% de son offre, avec deux aller-retour Paris-Amsterdam, deux aller-retour Paris- Bruxelles. Izy, le train low-cost entre Paris et Bruxelles, circulera les vendredi, samedi et dimanche. A partir du 15 juin, la liaison Paris-Bruxelles-Dortmund sera à nouveau assurée une fois par jour.

Par mesure de sécurité, Thalys a décidé d’appliquer les dispositions d’hygiène et de sécurité les plus strictes. Elles s’appliquent à bord de chacun de ses trajets :

. Depuis le 4 mai, elle impose le port du masque (masque « grand public ») à tous les voyageurs qui embarquent à bord des trains et sur l’ensemble de son réseau de destinations. Les clients non porteurs de masque ne sont pas autorisés à monter à bord.

. En limitant le remplissage de ses trains et en assurant une répartition adaptée des places dans chaque voiture, Thalys permet et assure le respect des mesures de distanciation sociale recommandées.

. Le nettoyage renforcé d’une désinfection préventive à bord des trains est effectué à chaque arrivée en gare ou en atelier de la rame, soit plusieurs fois par jour selon son roulement (surfaces traitées en désinfection préventive : espaces voyageurs, sanitaires, plateformes, espace bar…).

. La vérification du titre de transport, du port du masque et de la détention d’une attestation de déplacement international dérogatoire pour les passagers à destination de la France, est effectuée à l’embarquement.

A noter qu’Eurostar a adopté les mêmes mesures sanitaires sur la ligne Paris-Londres (assurée actuellement à raison d’un aller-retour quotidien).

Rappelons que Thalys est en voie de fusion avec Eurostar, la SNCF détenant 60 % de la première (la SNCB pour le reste) et 55 % de la seconde.