Tourisme et voyages d’affaires en Afrique : pas de reprise avant plusieurs mois

Les Nations unies estiment que la pandémie coûtera jusqu’à 2 millions d’emplois directs et indirects dans le secteur du tourisme sur le continent africain, de nombreux pays faisant état d’une forte perte de recettes globales, la plupart d’entre eux dépendant fortement des voyageurs internationaux. 

- Publicité -

Des destinations populaires comme l’Afrique du Sud ont choisi de repousser leur date de réouverture au début de l’année 2021.

« En Afrique du Sud, on s’attend à ce que le tourisme intérieur et les voyages d’affaires soient les principaux moteurs de la reprise, suivis par les voyages régionaux et internationaux (long-courriers). Nous avons remarqué que certaines destinations mondiales envisagent maintenant d’entrer dans la phase régionale de réouverture par le biais de bulles entre les pays de la région », a déclaré le ministère sud-africain du tourisme dans un communiqué de presse publié au début du mois.

« Alors que de plus en plus de données sont disponibles et que davantage de mesures de sécurité et de santé sont mises en place en Afrique du Sud, l’impact du Covid-19 sur le pays est mis à jour et affiné. Il est donc extrêmement important de comprendre que des changements se produisent régulièrement ».

Des pays tels que l’Ouganda, l’île Maurice et les Seychelles ont également annoncé qu’ils n’ouvriraient pas encore, tandis que d’autres, comme le Maroc, ont déclaré qu’ils rouvriraient leurs portes aux voyageurs internationaux en juillet. Pour les pays qui dépendent du tourisme de conservation comme l’Ouganda, ils rouvriront les parcs pour le tourisme intérieur afin de se maintenir à flot jusqu’à ce que le pays soit prêt à rouvrir pour les voyageurs internationaux.

« Bien que l’Ouganda n’ait pas encore de plans précis pour la réouverture des frontières, le pays participe à toutes les réunions internationales sur l’aviation et est bien représenté au sein du groupe de travail international Covid-19« , a précisé l’Office ougandais du tourisme. Malgré la fermeture des frontières, le pays prévoit toujours d’ouvrir des parcs et des réserves pour les touristes nationaux tout en appliquant de nouvelles mesures sanitaires.

À l’extérieur du pays, les entreprises de ce secteur ont souffert des nouvelles restrictions en matière de voyages, comme beaucoup d’entre elles qui ont dû réduire les salaires de leurs employés à temps plein pour conserver leur emploi.

« Les plus touchés sont nos employés qui ont non seulement accepté de renoncer à une grande partie de leur salaire, mais qui ont également été en première ligne de cette pandémie », a indiqué Kenya Airways dans un communiqué.

« Nous avons suspendu tous nos services réguliers, ce qui représente 98 % de l’activité. La plupart de nos employés sont à la maison, car la majorité de nos opérations restent suspendues et un nombre important d’entre eux sont en congé ou travaillent depuis leur domicile. Seul le personnel des services opérationnels et techniques travaille sur place, car nous prenons ce temps pour effectuer des opérations de maintenance sur nos avions immobilisés au sol ».